SYRIE

Raids en Syrie : Israël veut empêcher tout transfert d'armes vers le Liban

La Syrie accuse Israël d'avoir mené, dimanche, des raids sur son territoire.
La Syrie accuse Israël d'avoir mené, dimanche, des raids sur son territoire. AFP Archive

Au lendemain de deux raids aériens contre des secteurs tenus par le régime syrien près de Damas, un ministre israélien a affirmé que son pays était déterminé à empêcher tout "transfert d'armes sophistiquées" de la Syrie vers le Liban.

Publicité

Au lendemain du bombardement de deux secteurs tenus par le régime syrien près de Damas, imputé à l’État hébreu par le gouvernement d'Assad, le ministre israélien des Renseignements Youval Steinitz a affirmé, lundi 8 décembre, que son pays était déterminé à empêcher tout "transfert d'armes sophistiquées" de la Syrie vers le Liban. Il s’est toutefois gardé de confirmer ou d’infirmer des frappes près de la capitale syrienne.

"Nous avons une politique de défense intransigeante qui vise autant que possible à empêcher le transfert d'armes sophistiquées en direction d'organisations terroristes", a déclaré à la radio publique le ministre israélien. Il faisait référence au mouvement politico-militaire libanais Hezbollah, bête noire d'Israël, et dont les combattants soutiennent les troupes de Bachar al-Assad en Syrie.

D'autres responsables israéliens, interrogés par l'AFP, ont refusé de réagir sur cette affaire.

Mais pour le régime de Bachar al-Assad, c'est bien Israël qui a mené deux raids près de Damas, dans la zone de l'aéroport international, dénonçant un "soutien direct" aux rebelles et jihadistes dans le territoire en guerre. Un communiqué gouvernemental diffusé à la télévision, a précisé que les raids n'avaient causé que des dégâts matériels. Le ministère des Affaires étrangères a qualifié ces attaques de "crime atroce contre la souveraineté de la Syrie", selon l'agence de presse officielle SANA.

L'aviation israélienne a mené plusieurs attaques contre des positions militaires en Syrie depuis le début du conflit en mars 2011. Elle a en outre visé des infrastructures appartenant au Hezbollah ou des armes qui étaient destinées au mouvement chiite pro-iranien.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine