FRANCE

Affaire Lepaon : démission du trésorier de la CGT

Éric Aubin, Thierry Lepaon et Éric Lafont, le 4 juillet 2013, à Matignon.
Éric Aubin, Thierry Lepaon et Éric Lafont, le 4 juillet 2013, à Matignon. Jacques Demarthon, AFP

Une première tête est tombée à la CGT, mardi, avec la démission de l'administrateur-trésorier du syndicat, Éric Lafont. Le secrétaire général Thierry Lepaon l'avait mis en cause pour les coûteux travaux effectués dans son bureau et son appartement.

Publicité

L'administrateur-trésorier de la CGT, Éric Lafont, qui avait validé des dépenses coûteuses dans l'appartement de fonction et le bureau du numéro un Thierry Lepaon, a démissionné, a annoncé à l’AFP, mardi 9 décembre, une source interne, confirmant une information d'iTélé.

L'annonce intervient alors que la commission exécutive (direction élargie de la CGT) est réunie, notamment pour examiner ces dépenses qui ont provoqué une crise dans la centrale et fragilisé son secrétaire général Thierry Lepaon.

>> À lire sur France 24 : "Thierry Lepaon, un ancien champion d'haltérophilie pour relever la CGT"

À la suite des révélations fin octobre par le "Canard Enchaîné" des 105 000 euros dépensés pour la rénovation dans son appartement de location, en bordure du bois de Vincennes, Thierry Lepaon avait affirmé qu'une "faute collective a été commise" et l'avait imputée principalement au trésorier, Éric Lafont. Cette "faute collective ne masque pas des responsabilités individuelles", avait-il dit, affirmant qu'il n'était pas au courant du montant des dépenses.

Thierry Lepaon n'avait en revanche pas jugé exagérés les travaux pour 62 000 euros dans son bureau, réalisés, selon lui, dans le cadre de la rénovation du siège de la CGT à Montreuil.

 

it
Vidéo : les militants veulent le départ de Lepaon

Vendredi dernier devant le bureau confédéral (exécutif resserré de dix membres), le secrétaire général de la CGT avait refusé d'évoquer sa démission, promettant à la commission exécutive mardi "la transparence complète" sur ces sujets.

Thierry Lepaon est aussi épinglé pour des indemnités de 31 000 euros perçues lors de son départ de la CGT Basse-Normandie, avant de prendre la tête du bureau national.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine