LIGUE DES CHAMPIONS

FC Barcelone-PSG : "Toutes les équipes reculent face au Barça"

L'entraînement du PSG au Camp Nou à la veille du match contre le FC Barcelone.
L'entraînement du PSG au Camp Nou à la veille du match contre le FC Barcelone. Josep Lago, AFP

Après avoir battu le FC Barcelone à l'aller, le PSG sait qu'il est attendu au Camp Nou pour la dernière journée de phase de poules de la Ligue des Champions. Malgré tout, Laurent Blanc assure avoir trouvé la clé pour déstabiliser le Barça.

Publicité

envoyée spéciale à Barcelone

En tête du groupe F devant le FC Barcelone, le Paris Saint-Germain s'attend à un match bouillonnant dans l'antre du Camp Nou, mercredi 10 décembre. Même si les deux équipes sont déjà qualifiées, ce dernier match de la phase de poules de la Ligue des champions a un goût de revanche. Piqués au vif après leur défaite fin septembre au Parc des Princes, les Catalans emmenés par Lionel Messi comptent bien ravir au PSG sa place de leader.

"Cela va être difficile et compliqué, face à une très bonne équipe et à un joueur exceptionnel que l'on connait tous", a ainsi annoncé l'entraîneur parisien Laurent Blanc en conférence de presse à la veille de cette rencontre. "Il va falloir avoir de l'ambition, être déterminé et agressif." Malgré l'armada offensive auquel il va devoir faire face, le coach du PSG pense avoir trouvé la faille pour faire plier le Barça. Pour lui, il faudra profiter de ses manquements en repli défensif. "Ils ont cet ADN qui fait qu'ils ont 60 à 70 % de possession de balle, mais dans les 30 ou 40 % qu'il nous reste, c'est là qu'on aura une chance à jouer", estime Laurent Blanc. "Ils attaquent à six, sept ou huit et défendent à deux ou trois sur 60, 70 mètres de profondeur. C’est là où il faudra être bon. Toutes les équipes reculent face à Barcelone. On n’a pas la prétention de dire que l’on vient ici pour jouer au ballon."

Et pour réussir à conserver sa première place synonyme d'un tirage plus favorable pour les huitièmes de finale, le Paris Saint-Germain va pouvoir profiter d'un effectif au complet après une longue série de forfaits et surtout du retour en forme de Zlatan Ibrahimovic: "Cela a été compliqué depuis le début de saison. C'est mieux aujourd'hui, mais il y a des joueurs qui reviennent de graves blessures et qui ne sont pas totalement prêts. Il faudra en tenir compte dans les choix à faire."

Pas encore dans la cour des grands

L'ancien champion du monde et ex-Barcelonais reste ainsi prudent. Il sait que la route est encore longue avant de pouvoir se hisser au niveau de cet adversaire : "Il n'y qu'à voir le palmarès pour voir le chemin que Paris doit faire pour être dans la cour des grands. Barcelone en dix ans, c'est trois Ligues des champions." Même précaution du côté des joueurs. Décontracté comme à son habitude, le défenseur David Luiz affirme préparer cette rencontre comme n'importe quelle autre : "Bien sur que c'est important, nous voulons rester en première position, mais je ne pense pas que ce soit le match le plus important pour moi depuis que je suis au PSG. Le plus important, c'est toujours celui d'après."

Chez les Barcelonais, l'entraîneur Luis Enrique essaye lui aussi de minimiser l'enjeu. Pour lui, terminer premier du groupe n'est pas capital. "Je préfère recevoir au retour (en huitièmes de finale, NDLR). Mais ce ne serait qu’un avantage partiel. Vous verrez qu’il y a des deuxièmes qui passeront le prochain tour", a-t-il ainsi affirmé en conférence de presse. Après la déconvenue au match aller, le technicien espagnol assure aborder ce match avec sérénité. Il a tiré les enseignements nécessaires : "Nous avions commis des erreurs mais nous aurions pu tranquillement égaliser. Je me rappelle notamment de deux occasions en fin de match. Mais nous n’avions pas toujours su bien les presser, ce qui est dû aussi à leur qualité. C’était notre première défaite mais en l’analysant on avait compris pourquoi on avait perdu. Il y a des choses sur lesquelles on n’avait pas été bons."

Le coach de la bande à Messi ne sous-estime toutefois pas les Parisiens. Pour lui, les doubles champions de France en titre peuvent prétendre au titre européen : "C’est un adversaire pour lequel on est très motivés, pas seulement à cause du résultat du match aller mais aussi parce que c’est l’un des candidats qui aspirent à remporter la compétition."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine