CULTURE

L’exposition controversée "Exhibit B" s’arrêtera plus tôt que prévu

"Les Noirs ont été nourris" indique un panneau à côté de la comédienne d'"Exhibit B"
"Les Noirs ont été nourris" indique un panneau à côté de la comédienne d'"Exhibit B" Franck Pennant, AFP

L’exposition "Exhibit B", fortement contestée pour sa représentation artistique de "zoos humains", ne sera pas visible ce week-end au 104 à Paris. Le centre culturel affirme avoir modifié sa programmation pour des raisons de sécurité.

Publicité

Face à la pression des manifestants anti-racistes, le centre culturel parisien Le 104 a décidé de modifier la programmation de l’exposition "Exhibit B" du sud-africain Brett Bailey. Les dernières représentations, prévues pour ce week-end, ont ainsi été déprogrammées pour des raisons de sécurité, révèle le quotidien "Le Parisien" jeudi 11 décembre.

"100 % des représentations ont été maintenues", a déclaré au "Parisien" la chargée de communication du lieu culturel parisien, Virginie Duval de Laguierce. Les représentations prévues pour le week-end ont ainsi été reprogrammées dans le courant de la semaine, notamment vendredi 12 décembre, qui devait initialement être un jour de relâche.

>> À lire sur France 24 : "'Exhibit B' : l'exposition qui remet les Noirs en cage"

Cette exposition consistant en plusieurs "tableaux vivants" vise à dénoncer le colonialisme et les "zoos humains" du XIXe siècle. Mais le message n’est pas passé auprès de plusieurs associations anti-racistes qui estiment qu'"Exhibit B" perpétue des clichés racistes dégradants pour la communauté noire. Malgré les demandes répétées de France24.com auprès du service de communication du 104, il n’a pas été possible de voir l’exposition jusqu’à maintenant.

Les demandes d’interdiction des associations opposées à "Exhibit B" ont été quant à elle été rejetées par le tribunal administratif de Paris, qui estimait mardi dernier que l’exposition ne portait "pas atteinte au respect de la dignité humaine".

>> À voir sur France 24 : "'Exhibit B' : les opposants 'sont passés à côté du message'"

La mobilisation de groupes virulents comme la Brigade anti-négrophobie a néanmoins abouti au déploiement d’un important dispositif policier dans ce quartier populaire du nord de Paris. Le 104, qui voulait rompre avec l’élitisme culturel, s’est ainsi transformé en véritable bunker depuis l’ouverture de l‘exposition le 7 décembre dernier. Le prix à payer pour accueillir dans des bonnes conditions de sécurité les visiteurs qui avaient déboursé environ 15 euros pour assister à "Exhibit B".

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine