FRANCE

Favoritisme présumé à Menton : l'UMP Guillaume Peltier en garde à vue

Guillaume Peltier à La Ferte-Imbault, le 5 juillet 2014 pendant la "Fête de la Violette", un rassemblement organisé par son courant, "La droite forte".
Guillaume Peltier à La Ferte-Imbault, le 5 juillet 2014 pendant la "Fête de la Violette", un rassemblement organisé par son courant, "La droite forte". Guillaume Souvant, AFP

L'ancien vice-président de l'UMP Guillaume Peltier et le dirigeant de la société Bygmalion Guy Alvès ont été placés en garde à vue jeudi. Ils sont entendus dans le cadre d'une enquête pour délit de favoritisme à la mairie de Menton (Alpes-Maritimes).

Publicité

L'ancien vice-président de l'UMP Guillaume Peltier et le dirigeant de la société Bygmalion Guy Alvès ont été placés en garde à vue, jeudi 11 décembre à Nice, a-t-on appris auprès de la police judiciaire de Nice.

Les deux hommes sont entendus dans le cadre de l'enquête pour délit de favoritisme et prise illégale d'intérêts à la mairie de Menton (Alpes-Maritimes), a indiqué la même source, confirmant une information de France 3 Côte d'Azur.

Les enquêteurs soupçonnent la mairie de Menton d'avoir coupé artificiellement en deux un marché attribué aux entreprises Com1+, fondée par Guillaume Peltier, et Bygmalion, afin d'éviter une procédure d'appel d'offres.

Plainte déposée en 2012

L'enquête a été ouverte à la suite d'une plainte déposée en  décembre 2012 par l'association de lutte anticorruption Anticor. Cette dernière avait relevé que les deux marchés se situaient "juste en dessous du seuil de 15 000 euros hors taxe, qui aurait obligé à une mise en concurrence. Cette plainte avait pourtant été jugée "inepte" à l'époque par le député-maire UMP de Menton, Jean-Claude Guibal.

Une perquisition a ensuite été menée le 4 juin dans les locaux de Bygmalion, société qui est également au cœur d'une affaire de fausses factures présumées à l'UMP durant la campagne pour la présidentielle de 2012.

Le domicile de Guillaume Peltier à Neung-sur-Beuvron (Loir-et-Cher), que Nicolas Sarkozy souhaiterait nommer secrétaire national de l'UMP, avait été perquisitionné le 3 juin.

Avec AFP et Reuters

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine