Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Ne réduisons pas notre existence à la consommation"

France 24

Presse française, jeudi 11 décembre 2014. Au menu de cette revue de presse, la tribune de Martine Aubry contre l’extension du travail dominical, l’autopsie d’un crime antisémite par Libération, le rapport sur la torture du Sénat américain. Et ce que Marine Le Pen en a dit.

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse française avec les critiques de Martine Aubry sur l’extension du travail du dimanche prévue par la loi Macron - une «régression», d’après la maire de Lille.
 
Dans une tribune publiée hier matin sur le site du Monde, la socialiste pose cette question: «Dans quelle société voulons-nous vivre?». «La gauche n’a-t-elle à proposer, comme organisation de la vie que la promenade du dimanche au centre commercial et l’accumulation de biens de grande consommation?». «Gardons du temps pour penser, respirer et vivre».
 
«Aubry prend la tête du front anti-Valls», titre le Figaro, qui estime que la «Dame des 35 heures» ne pouvait être qu’hostile au travail dominical». Evoquant une opposition «symptomatique de la profonde division qui traverse le parti socialiste», le journal voit se former une «coagulation de courants de la gauche unis par le combat contre l’action de Hollande et Valls». «Si Aubry sait qu’il est illusoire ou prématuré de jouer les fédératrices de toutes les mouvances de la gauche contestataire», peut-être est-elle «la seule à pouvoir jouer les traits d’union entre les frondeurs, les écologistes de combat et les communistes, et à disposer d’un poids suffisant dans l’opinion».
 
C’est aussi une femme, c’est aussi une maire - décidément, le travail du dimanche ne passe pas du côté des édiles féminines socialistes. Egalement opposée à ce projet, la maire de Paris Anne Hidalgo met en place une «politique à gauche toute», d’après l’Opinion, qui dénonce l’«opposition frontale» d’une «frondeuse capitale».
 
A la Une de Libération, l’agression, il y a dix jours, d’un jeune couple juif en banlieue parisienne. Le journal, qui a eu accès aux procès-verbaux de l’audition des deux victimes, voit dans cette affaire les «symptômes d’une banalisation des actes antijuifs en France».  D’après Libé, l’agression de ce couple «n’était pas que crapuleuse: ils étaient visés parce que juifs, supposément riches parce que juifs». Libération dénonce des «locutions immondes», fruit de «la montée générale de l’intolérance, liée au recul de l’universalisme républicain», qu’on retrouverait, «dans un autre chiffre: celui des agressions anti-musulmanes, lui aussi en forte hausse». 
 
Quant au journal la Croix, il revient sur l’onde de choc générée par la publication du rapport du Sénat américain sur les interrogatoires post-11 Septembre de la CIA - un document qui confirme les dérives de la lutte contre le terrorisme sous l’administration Bush. «Pourquoi est-il si difficile d’éradiquer la torture?», s’interroge le journal, qui évoque «l’inlassable combat» contre cette pratique.
 
Interrogée hier sur ce rapport, Marine Le Pen, a dit refuser de «condamner» une pratique qui pourrait s’avérer «utile», selon elle. La patronne du FN est ensuite revenue sur ces propos - mais pour l’Obs, qui parle de propos «équivoques», le mal est dit. Citant la réaction du chef de file des députés socialistes: Marine Le Pen «a réagi avec ce qu’elle est. La gégène est dans les gènes de Le Pen», le site du magazine rappelle l’histoire de «l’enfant au poignard»…
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.