AFGHANISTAN

Les Taliban revendiquent l'attaque contre l'Institut français de Kaboul

Des officiers sécurisent le lieu d'un attentat-suicide visant le lycée français de Kaboul, le 12 décembre 2014.
Des officiers sécurisent le lieu d'un attentat-suicide visant le lycée français de Kaboul, le 12 décembre 2014. Shah Marai, AFP

L'attentat-suicide perpétré jeudi dans un lycée de Kaboul, qui abrite l'Institut français, a été revendiqué par les Taliban. Cette attaque a fait au moins un mort, un ressortissant allemand, et une vingtaine de blessés.

Publicité

L'attentat-suicide dans l'enceinte du lycée Esteqlal de Kaboul, qui abrite également l'Institut français, a été perpétré jeudi 11 décembre par les Taliban. Ces derniers l'ont revendiqué dans un email envoyé aux médias. Leur porte-parole Zabihullah Mujahid a déclaré que la pièce de théâtre en question "désacralisait les valeurs de l'islam" et représentait "de la propagande contre le jihad".

L'attaque a fait un mort, un Allemand, et une vingtaine de blessés. "Cet homme travaillait à ma connaissance pour une organisation non gouvernementale locale", a déclaré le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères. Le Quai d'Orsay précise pour sa part qu'il n'y a aucune victime française.

"Une cellule de crise est mise en place à Kaboul et à Paris. Toute la lumière devra être faite sur cet acte barbare, ses auteurs identifiés et traduits devant la justice", a indiqué jeudi Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères.

Le ministre afghan de l'Intérieur par intérim, Ayoub Salangi, a précisé que le terroriste était un adolescent d'environ 17 ans. Il a actionné sa veste d'explosifs à l'intérieur du bâtiment, dans l'auditorium, où une pièce de théâtre était jouée. "En prenant pour cible ce lieu de dialogue, c’est la culture et la création que les terroristes ont visées", a réagi le président français de la République, François Hollande. 

La pièce dénonçait la violence

Le kamikaze a déclenché ses explosifs lors de la représentation de la pièce "Battement de cœur, le silence après l'explosion", qui dénonçait justement les attaques-suicide et la violence en Afghanistan. Selon Shafigh Shargh, professeur d’université Kaboul et rescapé de l’attentat, contacté par France 24, entre 300 et 400 personnes se trouvaient dans la salle au moment de l'attaque. 

"Nous avons tous été projetés au sol. Avec une cinquantaine de personnes, on est allé dans une autre pièce où on a voulu sortir par les fenêtres, mais elles étaient toutes condamnées. On a été forcé de repasser par la salle de spectacle. Il y avait énormément de poussière et de fumée. Le toit s’était effondré", raconte Shafigh Shargh. 

"J’ai vu des corps démembrés et des dizaines de blessés. Puis les forces de sécurité sont arrivés pour quadriller les lieux. Dans les spectateurs, il y avait plusieurs étrangers mais je ne sais pas ce qui leur est arrivé", poursuit-il. 
 


Le lycée de Massoud

Le centre culturel franco-afghan, installé à l'intérieur du complexe abritant le lycée franco-afghan Esteqlal, se trouve dans le centre stratégique de la capitale. Il jouxte le palais présidentiel et se trouve près de la Banque centrale d'Afghanistan, du ministère de l'Éducation et du lycée pour filles Malalaï, également géré par l'ambassade de  France. 

Inauguré en 1968 par Georges Pompidou, alors Premier ministre, et financé par la France, le lycée Esteqlal a vu passer plusieurs générations d'écoliers afghans qui y ont appris le français. Le plus célèbre d'entre eux fut certainement Ahmad Shah Massoud, héros de la résistance afghane contre les Soviétiques et les Taliban. L'écrivain franco-afghan, Atiq Rahimi, lauréat du Goncourt en 2008, a également frequenté l'établissement. 

"Ce lycée est une institution à Kaboul. Il est le symbole de la relation fraternelle entre la France et l'Afghanistan", explique à France 24 Denis Bouclon, proviseur du lycée entre 2002 et 2005, qui se dit "très étonné" de cette attaque. "Il faut cependant noter qu'environ 3 000 élèves circulent dans l'établissement quotidiennement, ce qui rend difficile de contrôler l'ensemble", poursuit-il. 

Regain d'attentats à Kaboul ces dernières semaines

Plus tôt dans la journée un attentat-suicide contre un autobus militaire avait déjà tué six soldats, selon les autorités. Dans un bref message envoyé à de nombreux journalistes, les Taliban ont revendiqué cet attentat, qui intervient à un peu plus de deux semaines de la fin de la mission de combat de l'Otan en Afghanistan.

"Les Taliban veulent en profiter pour gagner du terrain et humilier l'Otan au moment où ses forces s'apprêtent à se retirer. Elles vont d'ailleurs laisser le pays dans un climat d'insécurité politique et économique propice aux attentats", explique James André, chroniqueur international à France 24. 

Au cours des dernières semaines, les attentats sanglants se sont multipliés à travers l'Afghanistan, notamment à Kaboul. Fin novembre, les Taliban avaient même lancé une attaque contre une résidence occupée par une famille sud-africaine établie depuis douze ans dans le pays.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine