Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Afrique

Vidéo : la contestation politique se poursuit au Togo

© Capture d'écran France 24 | L'opposition et la société civile ont manifesté, vendredi 12 décembre 2014, au Togo.

Texte par Emmanuelle SODJI

Dernière modification : 13/12/2014

L'opposition et la société civile ont manifesté, vendredi, pour la troisième fois en un mois au Togo. Ils demandent aux autorités de procéder à des réformes politiques avant l'élection présidentielle prévue en mars 2015.

Ils sont habillés en rouge pour exprimer leur colère et manifester leur défiance à l’égard du pouvoir togolais. Depuis huit ans, ces partisans de l’opposition réclament des réformes plus démocratiques. Ils veulent l’instauration d’une élection présidentielle à deux tours et la limitation du mandat du chef de l'État. Et ils sont descendus, vendredi 12 décembre, dans les rues de Lomé et de différentes villes du pays pour se faire entendre.

L’actuel chef de l'État, Faure Gnassingbé, a succédé en 2005 à son père, le général Gnassingbé Eyadéma, qui a gouverné le Togo d'une main de fer pendant 38 ans. Avant de mourir, ce dernier avait fait changer la Constitution pour pouvoir occuper ce mandat à vie. Il n'existe en effet plus de limite au nombre de mandats présidentiels, contrairement à d'autres pays africains.

Faure Gnassingbé boucle bientôt son second mandat. Et toujours pas de réformes en vue : le 30 juin 2014, un projet de loi a été rejeté par les députés du parti au pouvoir. Et le président Gnassingbé, présent depuis près de 10 ans, a déclenché la colère de l'opposition en affirmant récemment que la Constitution en vigueur au Togo serait "rigoureusement respectée". Une manière de laisser entendre qu'il pourrait briguer un troisième quinquennat l'année prochaine.

 

Première publication : 13/12/2014

  • TOGO

    À Lomé, la police togolaise repousse les manifestants de l’opposition

    En savoir plus

  • CONSTITUTION

    Togo : l'opposition se mobilise contre un troisième mandat de Gnassingbé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)