FRANCE

Une importante filière jihadiste démantelée en France

Des policiers français lors d'une interpellation (archives).
Des policiers français lors d'une interpellation (archives). Martin Bureau, AFP

La police française a démantelé lundi une filière d'acheminement vers la Syrie de candidats au jihad. Des interpellations dans la région de Toulouse, en Normandie et en région parisienne ont eu lieu tôt lundi matin.

Publicité

Une filière d'acheminement vers la Syrie de jihadistes présumés a été démantelée lundi 15 décembre au matin en France, principalement dans la région de Toulouse, notamment le Tarn, a-t-on appris par la police.

Une dizaine d'interpellations ont également eu lieu ces dernières heures en région parisienne et en Normandie a précisé la même source.

"Entre dix et quinze objectifs" étaient visés par la police antiterroriste et les hommes du Raid, l'unité d'élite de la police. Le nombre exact et le profil des personnes interpellées n'étaient pas encore connus en lundi matin.

Selon les premières informations disponibles, la police pense que des départs ont déjà été organisés et que plusieurs autres étaient en cours.  La "filière du Tarn", qui se montrait très discrète, prudente et active, avait des ramifications dans toute la France et s'était déployée en conséquence, selon les services antiterroristes.

>>> À lire sur France 24 : "Le profil des jeunes jihadistes français : dépressifs, athées, de classe moyenne"

80 % de candidats au jihad en plus depuis janvier

En 2014, la France a été confrontée à une explosion du nombre d'apprentis-jihadistes partant pour la Syrie et l'Irak. La gestion de leur retour et d'une éventuelle action terroriste sur son sol est également une préoccupation croissante des autorités sécuritaires.

La semaine dernière, une femme avait annoncé vouloir attaquer l’État français en justice pour ne pas avoir empêché son fils de 15 ans prendre seul l’avion pour la Turquie. Ce dernier avait ensuite rejoint le groupe d’Omar Omsen, recruteur de jihadistes français, qui se revendique du Front al-Nosra, branche officielle d’Al-Qaïda en Syrie.

Le nombre de candidats au jihad syrien a bondi de plus de 80 % depuis début janvier, selon de récentes déclarations du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. En septembre, plusieurs arrestations avaient eu lieu dans la région de Marseille et de Lyon.

Ils seraient actuellement, selon les estimations officielles, près de 400 sur place, alors que plus de 200 ont manifesté des velléités de départ et environ 120 sont déjà revenus, plus 200 en transit et une cinquantaine de morts.

Selon un bilan établi début novembre, 625 signalements "pertinents et avérés" avaient été recensés, ayant permis d'éviter, selon le ministre de l'Intérieur, 70 ou 80 départs pour la Syrie.

En tout, environ 3 000 personnes sont parties d'Europe pour mener le jihad en Syrie et en Irak, un chiffre également en forte hausse ces derniers mois, indiquait fin septembre le coordinateur européen pour la lutte antiterroriste.
 

>> Aller plus loin sur France 24 : "Débat sur les filières jihadistes françaises"

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine