Accéder au contenu principal

UberPop interdit en France dès janvier 2015

Après avoir été interdit à Bruxelles, en Allemagne et en Inde, Uber sera interdit dès 2015 en France.
Après avoir été interdit à Bruxelles, en Allemagne et en Inde, Uber sera interdit dès 2015 en France. Britta Pedersen, AFP

L'offre UberPop sera interdite en France dès le 1er janvier 2015, lors de l'entrée en vigueur de la loi Thévenoud sur la régulation de la concurrence avec les taxis, a déclaré lundi le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

PUBLICITÉ

UberPop, l'offre payante de transport entre particuliers proposée par la société américaine Uber, à l'origine de la colère des taxis parisiens, sera interdit en France à partir de janvier 2015.

Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, s'est exprimé sur iTélé lundi 15 décembre, alors que des taxis ont entamé tôt dans la matinée une action visant à bloquer les accès de Paris pour dénoncer cette application. Elle constitue selon eux une "concurrence déloyale", mais n'a pas été interdite en urgence vendredi dernier par le tribunal de commerce.

À la question : "Cette application sera-t-elle interdite à brève échéance ?", Pierre-Henry Brandet a répondu : "Absolument."

300 000 euros d’amende, 2 ans de prison

"La loi qui a été votée et portée par le gouvernement de réglementation de la profession de taxi, des VTC (voitures de tourisme avec chauffeur), qui entrera en vigueur le 1er janvier prochain, est encore plus contraignante pour ce genre de sociétés", a poursuivi le porte-parole sur iTélé.

La mise en relation de particuliers du type UberPop sera alors passible de deux ans de prison et de 300 000 euros d'amende, a-t-il précisé.

"Non seulement c'est illégal de se prêter à ce service mais en plus pour le consommateur il y a un véritable danger", a-t-il poursuivi, soulignant que les conducteurs n'avaient pas d'assurance adéquate.

"Comme si le Minitel voulait interdire Internet "

La branche française d'Uber a été condamnée en octobre dernier à une amende de 100 000 euros pour "pratiques commerciales trompeuses" pour avoir présenté UberPop comme du covoiturage. Uber a fait appel de cette décision et continue de proposer ce service.

Le tribunal de commerce de Paris a rejeté vendredi la demande d'interdiction en urgence d'UberPop, formulée par trois sociétés de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC), concurrentes d'Uber soutenues par des associations de taxis.

"Cette décision du tribunal de commerce n'est pas le dernier mot de la justice", a déclaré sur iTélé Harlem Désir, secrétaire d'État aux Affaires européennes.

Des cortèges de taxis bloquent lundi matin les alentours des aéroports de Roissy et d'Orly en direction de la place Vauban, dans le VIIe arrondissement de la capitale, pour protester contre ce service.

L’annonce de la décision a provoqué un flot de réactions indignées sur les réseaux sociaux.

Il s'agit d'un nouveau camouflet pour Uber, qui s'est déjà vu partiellement interdire en Belgique ou en Allemagne. La semaine dernière, le service de mise en relation de véhicules particuliers avait également été interdit en Inde après qu'une passagère ait été agressée par un conducteur.

Avec Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.