TURQUIE

La Turquie lance un mandat d'arrêt contre l'imam Fethullah Gülen

Recep Tayyip Erdogan et Fethullah Gülen sont en conflit ouvert depuis qu'a éclaté le scandale de corruption visant des proches de l'actuel président turc.
Recep Tayyip Erdogan et Fethullah Gülen sont en conflit ouvert depuis qu'a éclaté le scandale de corruption visant des proches de l'actuel président turc. Thierry Charlier, Selahattin Sevi, Zaman Daily, AFP

La justice turque a émis un mandat d'arrêt contre l'imam Fethullah Gülen, installé aux États-Unis depuis 1999, a-t-on appris vendredi. Le président Recep Tayyip Erdogan l'accuse de comploter pour le renverser.

Publicité

La Turquie a émis, vendredi 19 décembre, un mandat d'arrêt contre Fethullah Gülen, dignitaire musulman établi aux États-Unis et grand rival du président Recep Tayyip Erdogan, rapporte l'agence anatolienne de presse.

Un tribunal a accédé à la demande d'un procureur qui a accusé Fethullah Gülen d'avoir mis en place et de diriger un groupe terroriste armé, précise l'agence.

>> À lire sur France 24 : "En Turquie, le scandale de corruption fait vaciller le pouvoir"

Recep Tayyip Erdogan et Fethullah Gülen sont en conflit ouvert depuis qu'a éclaté un scandale de corruption visant des proches d'Erdogan lorsque celui-ci était encore Premier ministre, il y a un an. Le chef de l'État accuse Fethullah Gülen, qui vit en Pennsylvanie depuis 1999, de comploter pour le renverser, ce que ce dernier dément.

Depuis le scandale, Recep Tayyip Erdogan a procédé à une purge massive dans la police et la justice qu'il soupçonne d'avoir été infiltrées par l'organisation de Gülen.

L'Union européenne dénonce les perquisitions dans les médias

Dès le mois d'avril, il a aussi annoncé son intention de réclamer l'extradition de Fethullah Gülen, mais une telle requête n'est possible qu'après l'émission d'un mandat d'arrêt. Il faut aussi produire la preuve qu'un crime a été commis.

>> À lire sur France 24 : "L'influent Gülen dénonce les dérives anti-démocratiques d'Erdogan"

Moins d'une semaine après des raids de la police dans plusieurs médias, un tribunal a par ailleurs ordonné vendredi le maintien en détention d'un proche de Fethullah Gülen, Hidayet Karaca, le président de la chaîne Samanyolu Television, et de trois autres personnes en attendant leur procès pour appartenance à un groupe terroriste.

Huit autres personnes ont été relâchées, dont le rédacteur en chef du quotidien "Zaman", Ekrem Dumanli.

L'Union européenne a dénoncé ces perquisitions dans les médias, les jugeant incompatibles avec la liberté de la presse et les valeurs européennes. Erdogan répond que les opérations contre la confrérie de Fethullah Gülen s'inscrivent dans le cadre d'efforts pour déraciner les forces antidémocratiques.

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine