Accéder au contenu principal
AFRIQUE

Le FMI a-t-il favorisé l’épidémie d’Ebola ?

L'épidémie d'Ebola a fait plus de 7 000 morts, selon le dernier bilan de l'ONU du 16 décembre 2014.
L'épidémie d'Ebola a fait plus de 7 000 morts, selon le dernier bilan de l'ONU du 16 décembre 2014. Dominiquèe Faget, AFP
4 mn

Selon une étude britannique, les politiques de rigueur budgétaire imposées par le Fonds monétaire international (FMI) ont affaibli les systèmes de santé de la Sierra Leone, du Liberia et de la Guinée, durement frappés par le virus Ebola.

Publicité

Le Fonds monétaire international (FMI) forcé de faire son examen de conscience ? C’est en tous cas le souhait de plusieurs chercheurs des universités de Cambridge, d’Oxford et de Londres, qui pointent du doigt la responsabilité de l’institution internationale dans la crise Ebola.

Dans une étude publiée lundi 22 décembre, les experts ont estimé que les exigences du FMI en matière de restrictions budgétaires ont considérablement affaibli les systèmes de santé du Libéria, de la Sierra Leone et de la Guinée, les trois pays africains les plus durement touchés par le virus hémorragique.

>> À lire sur France 24 : "La Sierra Leone annule les fêtes de Noël pour lutter contre Ebola"

"L'une des principales raisons de la rapidité de l'expansion de l'épidémie a été la faiblesse des systèmes de santé dans la région et il serait malvenu de ne pas s'intéresser aux causes sous-jacentes", a expliqué le principal auteur de l'étude, le sociologue de Cambridge, Alexander Kentikelenis. "Les programmes, dont le FMI s'est fait l'avocat, ont contribué aux problèmes de manque de moyens financiers et de personnels et au manque de préparation des systèmes de santé dans les pays frappés par Ebola", a-t-il précisé.

Des allégations "totalement" fausses, rétorque le FMI

Selon eux, les systèmes de santé des pays ouest-africains ont été affaiblis par des coupes dans les dépenses publiques, des réductions de salaires et la décentralisation des systèmes de santé. Trois réformes économiques qui ont empêché de mener une réponse efficace et coordonnée contre le virus hautement mortel. "En 2013, juste avant l'éruption d'Ebola, les trois pays ont été confrontés aux directives économiques du FMI, et aucun n'a pu augmenter ses dépenses sociales malgré des besoins pressants dans le domaine de la santé", ont estimé le sociologue de Cambridge et le co-auteur de l'étude Lawrence King.

>> À lire sur France 24 : "La Banque mondiale prévoit une récession en Sierra Leone et en Guinée"

De son côté, le FMI s’insurge contre ces allégations. Un porte-parole a rétorqué que le mandat de l'organisation n'incluait pas spécifiquement le domaine de la santé et qu'il était "totalement faux" d'affirmer que la propagation d'Ebola était une conséquence de la politique du FMI. "De telles accusations sont basées sur un malentendu, et dans certains cas sur une déformation des politiques économiques pratiquées par le FMI", a-t-il déclaré.

"Depuis 2009, des prêts accordés à des pays à faibles revenus l'ont été sans taux d'intérêt, ce qui a libéré des ressources disponibles pour des pays désireux de dépenser plus dans les domaines de la santé et de l'éducation", a-t-il ajouté. Le porte-parole a indiqué que le FMI avait fourni une aide financière de 130 millions de dollars en septembre dans le cadre de la lutte contre Ebola et qu'il envisageait de fournir une somme similaire à la Guinée, au Liberia et au Sierra Leone l'année prochaine.

Selon le dernier bilan de l’ONU, le 16 décembre, l'épidémie a fait plus de 7 370 morts en un an.

>> À voir sur France 24 : "Ebola, la menace au quotidien"

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.