CANADA

Luka Magnotta, le "dépeceur de Montréal" jugé coupable d’assassinat

Luka Magnotta escorté par la police le 18 juin 2012 à l'aéroport de Mirabel au Québec, Canada.
Luka Magnotta escorté par la police le 18 juin 2012 à l'aéroport de Mirabel au Québec, Canada. Service de Police de la Ville de Montreal (SPVM), AFP

Luka Magnotta, le Canadien accusé d’avoir tué et démembré un étudiant chinois en mai 2012 a été reconnu coupable des faits mardi par le tribunal de Montréal.

Publicité

Luka Magnotta, 32 ans, surnommé le "dépeceur de Montréal", a été reconnu coupable mardi 23 décembre par le tribunal de Montréal de l’assassinat de Jun Liu, un étudiant chinois de 32 ans, son partenaire sexuel d’un soir, en mai 2012. Le Canadien était jugé depuis le mois de septembre.

Les magistrats ont également reconnu Magnotta coupable d’indignité envers un cadavre humain, de publication de matériel obscène et de harcèlement du Premier ministre ainsi que de députés. Il avait plaidé non coupable à cinq chefs d'accusation pour cause de troubles mentaux. Il encourt la prison à perpétuité, soit au Canada une peine incompressible de 25 ans de prison.

Mercredi dernier, en réponse à une question des jurés, le juge avait indiqué que les troubles graves de personnalité dont souffre Luka Magnotta sont considérés comme une maladie mentale au sens de la loi canadienne.

Distinguer le bien du mal

Mais pour l'avocat du ministère public, Louis Bouthillier, ces troubles n'empêchaient pas Magnotta de distinguer le bien du mal lorsqu'il a tué Lin Jun le 25 mai 2012. Il a fourni une preuve accablante pour montrer que Magnotta avait "planifié ce meurtre au moins six mois à l'avance et qu'il avait agi avec préméditation avant, pendant et après le crime".

Après avoir tué Jun Liu, Magnotta avait démembré le cadavre et envoyé des colis contenant les parties ainsi sectionnées à des formations politiques canadiennes et à deux écoles élémentaires. Il avait également diffusé sur Internet des images de ses actes.

Avec AFP et Reuters

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine