FRANCE

Après les trois attaques en France, Manuel Valls renforce le plan Vigipirate

Manuel Valls a annoncé que le plan Vigipirate serait renforcé pendant les fêtes de fin d'année 2014, après les attaques de Dijon et Nantes.
Manuel Valls a annoncé que le plan Vigipirate serait renforcé pendant les fêtes de fin d'année 2014, après les attaques de Dijon et Nantes. AFP

Manuel Valls s’est exprimé, mardi, à la suite des attaques de Joué-lès-Tours, Dijon et Nantes. Le Premier ministre s'est voulu rassurant, annonçant le renforcement du plan Vigipirate pour la fin d'année.

Publicité

"Protéger et rassurer les Français." Manuel Valls s'est voulu rassurant à l’issue d’une réunion entre plusieurs ministres, qui s'est tenue mardi 23 décembre, à Matignon. Et pour ce faire, le chef du gouvernement a annoncé que les patrouilles vigipirate seraient renforcées pour les fêtes de Noël.

Entre 200 et 300 soldats supplémentaires viendront compléter les patrouilles de 780 militaires, déjà déployées à travers le territoire, dans les endroits fréquentés comme les zones commerciales, les centres-villes et les gares, a déclaré le Premier ministre en présence de Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur.

"Comprendre et expliquer pour rassurer"

S’il reconnaît que "la menace terroriste existe en France" et qu’il s’agit "d’un défi majeur de notre époque", le Premier ministre français a réaffirmé que les trois événements survenus en 72 heures à Joué-lès-Tours, Dijon et Nantes étaient "des événements distincts".

"Nous constatons des réactions mimétiques qui conduisent à ces drames. Dans une société déjà fragilisée, des individus déséquilibrés peuvent agir et être réceptifs, voire influencés par des messages de propagande ou la force de l’image" a expiqué  Manuel Valls.

>> À relire sur France 24 : Valls : "Aucun lien entre les attaques de Dijon et Nantes"

Le Premier ministre a également affirmé vouloir "comprendre et expliquer" chacune de ces attaques individuelles pour "rassurer et combattre les amalgames", tout en ayant une "parole proportionnée".

"Manuel Valls a voulu trancher et rassurer durant ces périodes de Noël, et trancher avec cette psychose qui s’installe peu à peu : il a évoqué un possible concours de circonstances de la part de personnes fragiles, qui s’approprient ces événements médiatiques pour passer à l’acte" analyse Armelle Charrier, spécialiste politique sur le plateau de France 24.

 

Renforcement de la politique contre le racisme

Manuel Valls a également affirmé vouloir relancer la politique de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

"La démocratie ne se combat jamais aussi efficacement qu’en promouvant ses propres valeurs. Toute la société doit se mobiliser contre l’endoctrinement radical, la montée de la haine et de l’intolérance" a-t-il affirmé.

Le chef du gouvernement se rendra, mardi après-midi, avec le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à Nantes pour "être aux côtés des victimes, de leurs familles" et des "autorités municipales", après qu'un automobiliste a fauché dix passants lundi soir sur un marché de Noël.

François Hollande a annoncé mardi en milieu d'après-midi que l'une des victimes était décédée des suites de ses blessures. Il s'agit d'un jeune homme de 25 ans.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine