Accéder au contenu principal

À Minsk, les pourparlers reprennent entre Kiev et les séparatistes

L'ancien président ukrainien Léonid Koutchma (droite) et l'ambassadeur russe en Biélorussie Alexander Surikov, le 24 décembre 2014 à Minsk.
L'ancien président ukrainien Léonid Koutchma (droite) et l'ambassadeur russe en Biélorussie Alexander Surikov, le 24 décembre 2014 à Minsk. AFP / Maxim Malinovsky

Après presque quatre mois d'interruption, les discussions entre les autorités ukrainiennes et les rebelles pro-russes ont repris, mercredi à Minsk. L'objectif est toujours d'appliquer les accords conclus en septembre.

Publicité

Responsables ukrainiens et rebelles pro-russes ont repris leurs pourparlers, mercredi 24 décembre à Minsk, sur l'avenir des régions séparatistes de l'est de l'Ukraine. Ces discussions étaient en suspens depuis presque quatre mois.

La Biélorussie accueille ces négociations, qui ont débuté dans l'après-midi dans l'ancienne résidence du président Alexandre Loukachenko et se déroulent "à huis clos", selon le porte-parole de la diplomatie biélorusse, Dmitri Mirontchik.

Sont présents l'ex-président ukrainien Léonid Koutchma, l'ambassadeur russe en Ukraine Mikhaïl Zourabov, la représentante de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) Heidi Tagliavini et les émissaires des républiques autoproclamées de Donetsk, Denis Pouchiline, et de Lougansk, Vladislav Deïnego.

La première session de négocations, mercredi, doit permettre aux parties de signer vendredi, lors d'une deuxième réunion, un accord final pour mettre fin au conflit, qui a fait plus de 4 700 morts en huit mois. "Il ne faut pas s'attendre à des résultats aujourd'hui. Le travail sera lancé aujourd'hui pour donner un résultat concret vendredi soir", a souligné Valéri Tchaly, conseiller diplomatique du président ukrainien Petro Porochenko.

Échange de prisonniers

L'un des points critiques pour les rebelles est le financement, suspendu le mois dernier par Kiev, des régions séparatistes par peur que les fonds ne soient utilisés pour financer la rébellion. L'OSCE a de son côté évoqué les questions de l'aide humanitaire, le retrait des troupes des deux côtés et un échange de prisonniers.

"La question que nous allons discuter, c'est l'échange de prisonniers, tous contre tous", a déclaré le dirigeant de la république autoproclamée de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko. Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont annoncé mercredi être prêts à échanger 225 personnes, dont des citoyens russes. Selon des sources ukrainiennes, de 630 à 690 Ukrainiens - militaires, journalistes, volontaires et autres - sont toujours détenus par les rebelles.

La rencontre de Minsk se tient sur fond de tensions grandissantes entre Kiev et Moscou au lendemain du vote très symbolique du Parlement ukrainien sur l'abandon du statut de pays non-aligné, décision qui permet à terme à l'Ukraine de demander l'adhésion à l'Otan.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.