SYRIE

Damas se dit prêt à rencontrer l’opposition syrienne à Moscou

Le président syrien Bachar al-Assad photographié par l'agence officielle Sana.
Le président syrien Bachar al-Assad photographié par l'agence officielle Sana. SANA/ AFP

Le régime syrien s’est dit prêt samedi à rencontrer l’opposition à Moscou afin de tenter de trouver une issue au conflit qui dure depuis quatre ans. L'entrevue pourrait aboutir à la tenue d’une "conférence de dialogue sans ingérence étrangère".

Publicité

Le régime de Bachar al-Assad est prêt à rencontrer l’opposition syrienne à Moscou, a annoncé samedi 27 décembre le ministère des Affaires étrangères. Les deux parties tenteront de trouver une issue au conflit qui ravage le pays depuis quatre ans et a déjà fait 200 000 morts. La Coalition nationale syrienne, qui représente l'opposition modérée soutenue par les puissances occidentales, a immédiatement rejeté l'offre.
 

>> À lire sur France 24 : "Genève-2 : premier face-à-face entre le régime syrien et l’opposition"

La décision du régime syrien de participer à une telle rencontre aurait été prise après "des discussions menées entre la Syrie et la Russie" et "viserait à se mettre d'accord sur la tenue d'une conférence de dialogue entre Syriens sans ingérence étrangère", selon une source au sein du ministère des Affaires étrangères.

"La République arabe syrienne a toujours été prête à dialoguer avec ceux qui croient en son unité, sa souveraineté et sa décision libre", a-t-elle ajouté.

"Échanger des avis"

Jeudi dernier, la diplomatie russe avait affirmé que Moscou comptait accueillir vers le 20 janvier une réunion de l'opposition syrienne. Si la réunion se déroule bien, des représentants du gouvernement syrien seront "invités" dans la foulée à Moscou pour "échanger des avis" avec les opposants dans le but de restaurer un dialogue entre les différentes parties du conflit.

En tant qu’allié du régime de Bachar al-Assad, la Russie souhaite recevoir sur son sol les opposants syriens afin d’"entamer un dialogue entre eux". Un désir loin d'être partagé par l'opposition modérée à Bachar al-Assad. "Il n'y a pas d'initiative, comme le prétend la rumeur", a déclaré samedi Hadi al-Bahra, président de la Coalition nationale qui siège en Turquie, lors d'une visite au Caire où il a rencontré le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil el-Arabi.

"La Russie n'a pas d'initiative claire [à proposer] et n'appelle qu'à la tenue d'une réunion [...] à Moscou sans projet précis", a-t-il poursuivi, selon l'agence de presse Mena.

Certains opposants syriens doivent se réunir au Caire, en Égypte vers la mi-janvier afin de s'accorder sur une "vision commune" pour mettre fin à la guerre, ont, par ailleurs, indiqué des sources de l'opposition.

Dans la capitale égyptienne, Hadi al-Bahra a d'ailleurs annoncé samedi que sa formation en exil a "entamé un dialogue avec d'autres composantes de l'opposition", en allusion à celle de l'intérieur.

"Des réunions bilatérales se tiennent actuellement au Caire et ailleurs et (...) toutes les composantes de l'opposition sont ouvertes à ce processus", a-t-il précisé devant la presse à l'issue d'une réunion avec le chef de la diplomatie égyptienne Sameh Choukri.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine