ÉTATS-UNIS

À New York, des milliers de personnes aux obsèques d’un policier

Des milliers de policiers se sont rassemblés autour d'une église du Queens samedi pour rendre hommage à leur collègue abattu le 20 décembre.
Des milliers de policiers se sont rassemblés autour d'une église du Queens samedi pour rendre hommage à leur collègue abattu le 20 décembre. Kevin Hagen, Getty Images, AFP

Des milliers de policiers se sont rassemblés samedi matin autour d’une église du Queens, à New York, pour les obsèques de l’un de leurs collègues, assassiné la semaine dernière. Le meurtrier s’était ensuite suicidé.

Publicité

Plusieurs milliers de policiers, venus de tous les États-Unis, se sont retrouvés samedi matin dans le Queens, à New York, pour assister aux obsèques de l’un des leurs. Rafael Ramos a été assassiné en pleine rue à Brooklyn le 20 décembre par un déséquilibré noir de 28 ans.

Joe Biden, le vice-président américain, ainsi que Bill de Blasio, le maire de New York, étaient présents à cette cérémonie à l'église protestante Christ Tabernacle. Des écrans géants ont été installés à l'extérieur de l'église, pour tous ceux qui ne pourront pas entrer.

"Cet assassinat a touché l'âme de tout le pays", a déclaré le vice-président, affirmant sous les applaudissements que la police de New York était "probablement la meilleure du pays". "Je pense que cette police et cette ville incroyablement diverse montreront au pays comment surmonter les divisions", a-t-il ajouté.

Le double meurtre, juste avant Noël, de Rafael Ramos, 40 ans, et de son collègue, Wenjian Liu, dans leur voiture de fonction, garée devant une cité HLM de Brooklyn, a choqué New York et ses 35 000 policiers. L’agresseur, un jeune déséquilibré noir de 28 ans, s’est ensuite suicidé sur un quai de métro.

"De Blasio, nous t’avons tourné le dos"

Le maire de la ville, Bill de Blasio, a salué en Rafael Ramos un "héros", un "homme de paix et d'amour", et présenté ses condoléances "à une autre famille, celle de la police de New York, qui souffre tant en ce moment". Mais au moment où il a pris la parole, des centaines de policiers à l'extérieur de l'église ont choisi de tourner le dos aux écrans géants diffusant la cérémonie.

À la suite du drame, certains policiers avaient accusé le maire de la ville de ne pas avoir suffisamment soutenu les forces de police dans le cadre des manifestations ayant récemment dénoncé les pratiques de la police, après la mort de Michael Brown à Ferguson (Missouri) et d'Eric Garner à New York.

>> À voir aussi sur France 24 : "États-Unis : comment redorer l'image de la police ?"

Marié et père de deux fils, Rafael Ramos était entré dans la police en 2012, et s'apprêtait à devenir aumônier.

Le maire de New York avait demandé une trêve jusqu'aux obsèques, mais un petit avion a survolé vendredi le fleuve Hudson à New York, portant une bannière affirmant "De Blasio, nous t'avons tourné le dos".

Samedi, les deux policiers assassinés ont été promus inspecteur à titre posthume par Bill Bratton, le chef de la police, et Rafael Ramos, très actif dans son église, a également été promu aumônier à titre posthume pour son commissariat.

Les obsèques du second policier tué, dont une partie de la famille doit venir de Chine, n'ont pas encore été finalisées.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine