GRÈCE

Incendie sur un ferry italien au large de la Grèce

Un ferry italien a pris feu dimanche 28 décembre au large de la Grèce, nécessitant l'évacuation des 478 passagers. Photo d'archive.
Un ferry italien a pris feu dimanche 28 décembre au large de la Grèce, nécessitant l'évacuation des 478 passagers. Photo d'archive. Angelos Tzortzinis, AFP Archives

Un incendie s’est déclaré dimanche matin sur un ferry italien au large de la Grèce, nécessitant l’intervention des secours pour évacuer les 478 personnes à bord.

Publicité

Une opération de sauvetage a eu lieu dimanche 28 décembre au matin au large de la Grèce, malgré des vents violents, pour tenter d'évacuer les 478 personnes prisonnières d'un ferry italien où un incendie s'est déclaré, selon la correspondante de France 24 en Grèce Nathalie Savaricas. Le ministre de la Marine, Miltiadis Varvitsiotis, a affirmé qu'il s'agissait d'une "opération de sauvetage très périlleuse".

Plusieurs navires ayant répondu à l'appel de détresse du "Norman Atlantic" l'entouraient ce matin, 55 personnes avaient pu être transférées vers un autre navire, tandis que 150 étaient dans un canot de sauvetage. À bord du ferry se trouvaient principalement des passagers grecs, mais aussi italiens, français, albanais, allemands, britanniques, russes, danois ou hollandais.

Dimanche, en début d’après-midi, des centaines de personnes étaient toujours bloquées à bord du ferry et dans des conditions météorologiques extrêmement difficiles. "Nous sommes tous sur le pont, nous sommes mouillés, nous avons froid, nous toussons à cause de la fumée, il y a des femmes, des enfants et des personnes âgées", a indiqué à la télévision grecque Mega sur un ton très fatigué l'un de ces passagers, Giorgos Styliaras.

En tout, 478 personnes personnes avaient pris place sur le "Norman Atlantic", dont 56 membres d'équipage. Sur ce total, 268 sont de nationalité grecque. Des Français, des Allemands, des Italiens, des Autrichiens, des turcs et des Néerlandais sont également du nombre, dit-on au ministère des Affaires étrangères. Beaucoup seraient des chauffeurs de camions. La première victime a été recensée en fin d'après-midi.

Les garde-côtes italiens ont annoncé avoir retrouvé le corps d'un homme, grec a dit Athènes, qui s'était selon eux jeté à la mer après qu'un incendie avait pris dans le garage du ferry en pleine nuit. Son corps se trouvait en début de soirée sur un patrouilleur faisant route vers Brindisi, en Italie. Le porte-parole des garde-côtes grecs, Nikos Lagadianos, a expliqué que la victime avait été "piégée sur la rampe d'évacuation" du bateau. Selon le ministère des Affaires étrangères, dimanche soir, "aucune victime française n'était à déplorer".

Un hélicoptère Super Puma de l'armée grecque tentait vers 12 h 15 (heure française) de secourir deux passagers qui avaient glissé en bas de la rampe de mise à l'eau et étaient menacés par les vagues, a indiqué le ministère de la Mer grec, tandis qu'un Italien de 58 ans a été hélitreuillé vers l'Italie, victime d'hypothermie.
 

Le "Norman Atlantic" a envoyé un signal de détresse alors qu'il se trouvait à 33 miles nautiques de la petite île grecque d'Othoni.
Le "Norman Atlantic" a envoyé un signal de détresse alors qu'il se trouvait à 33 miles nautiques de la petite île grecque d'Othoni. Google Maps

Pluie torrentielle

L'incendie s'est déclaré dans le pont réservé aux voitures, qui contient environ 200 véhicules. Mais la chaleur a vite atteint le navire tout entier.

Le "Norman Atlantic" avait quitté le port grec de Patras à 5 h 30 dimanche matin en direction du port italien d'Ancona et a envoyé un signal de détresse alors qu'il se trouvait à 33 milles nautiques de la petite île grecque d'Othonoi.

Le ministère grec de la Défense, Nikos Dendias, a indiqué à la télévision qu'il avait demandé l'aide des Italiens et que ceux-ci avaient pris en charge l'opération de secours.

Un remorquage était envisagé, mais en début d'après-midi, le "Norman Atlantic" dérivait vers l'Albanie. Les conditions du sauvetage étaient terribles : vent de 10 sur l'échelle de Beaufort qui en compte 12, pluie torrentielle, grêle, vagues de 6 mètres de haut. Le porte-parole de la marine italienne Riccardo Rizzotto a confirmé que quatre hélicoptères et plusieurs navires marchands étaient sur zone. Des patrouilleurs, des remorqueurs équipés de matériel anti-incendie étaient en route, de Grèce et d'Italie.

Les hélicoptères transferaient progressivement dimanche les passagers à bord d'un navire voisin. Chaque transfert par hélicoptère prend un quart d'heure environ. Deux appareils italiens et deux grecs prennent part à l'opération, a rapporté un responsable.

Le "Norman Atlantic", qui transportait 222 véhicules, 411 passagers et 55 membres d'équipage, se trouvait à 44 miles nautiques au nord-ouest de Corfou lorsqu'il a lancé un signal de détresse.

Avec AFP
 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine