Accéder au contenu principal
CINÉMA

"The Interview" fait un carton sur Internet

"The Interview" a rapporté 15 millions de dollars grâce à sa distribution en ligne
"The Interview" a rapporté 15 millions de dollars grâce à sa distribution en ligne Capture d'écran - SeeTheInterview.com

Quatre jours après avoir été mis en ligne par Sony, le controversé film "The Interview" a été téléchargé plus de deux millions de fois et a déjà rapporté 15 millions de dollars. Mais Sony n’est pas le seul bénéficiaire dans l’affaire.

Publicité

Les internautes américains ont offert un beau cadeau de Noël à Sony Pictures. La comédie controversée sur l’assassinat du leader nord-coréen Kim Jung-un, "The Interview" ("L'interview qui tue !"), disponible en ligne uniquement aux États-Unis depuis le 24 décembre, a déjà été téléchargée légalement plus de deux millions de fois. Cet engouement a permis de rapporter plus de 15 millions de dollars en quatre jours, a précisé le studio Hollywoodien.

Depuis le 28 décembre, le film est disponible à l’achat ou la location sur iTunes, la plateforme de distribution digitale d’Apple. Auparavant, les curieux pouvaient le regarder sur YouTube, Google Play (l’équivalent d’iTunes pour Google), Xbox et sur le site de Sony SeeTheInterview.com.

Plus de 1,5 million de téléchargement illégaux

Les recettes générées par la distribution digitale sont cinq fois plus élevées que celles réalisées en salles aux États-Unis. Le film, supposé être la raison pour laquelle des pirates informatiques s’en sont pris à Sony fin novembre, a également été distribué dans 300 salles indépendantes sur le territoire américain. À l’origine, "The Interview" ne devait pas être diffusé. À la suite de menaces proférées par les pirates informatiques à l’encontre des cinémas qui programmeraient la comédie, Sony avait décidé, le 18 décembre, de ne pas le sortir.

Un choix initial critiqué aussi bien par le tout Hollywood que par le président américain Barack Obama, qui l’avait qualifié "d’erreur". Les 15 millions de dollars issus des ventes et locations en ligne prouvent que Sony Pictures a eu raison d’écouter ses prestigieux détracteurs. Reste que les recettes sont encore loin de rendre ce film rentable, étant donné qu'il a coûté plus de 100 millions de dollars.

La stratégie de distribution digitale du film n’a pas fait des heureux que chez Sony Pictures. Deux jours après sa mise en ligne par le studio américain, "The Interview" avait été téléchargé illégalement plus de 1,5 million de fois sur les plateformes de partage de fichiers, rapporte le site spécialisé TorrentFreak. Il souligne que ce sont essentiellement des internautes non-américains qui se sont rués sur cette solution puisqu’ils n’ont pas accès à l’offre légale. Le studio "aurait probablement pu faire bien plus de recettes s’il avait choisi un lancement numérique mondial", conclut TorrentFreak.

Une chanson utilisée illégalement ?

Google apparaît aussi comme l’un des principaux gagnants de cette affaire. Le film a été vu essentiellement sur YouTube et Google Play, souligne le site américain Re/Code qui cite des "sources proches du dossier". Pour le géant de l’Internet, ce n’est pas qu’une question d’argent. "C’est une très bonne affaire pour Google, qui lui permet de prouver que YouTube n’est pas qu’une plateforme pour visionner des vidéos amateurs mais peut aussi servir à distribuer des films commerciaux", analyse le site financier américain InsiderMonkey.

 

Mais ce film pourrait également apporter de nouveaux désagréments au studio Sony Pictures. En effet, la chanteuse américaine d’origine sud-coréenne Yoon Mi-rae a découvert que sa chanson “Pay Day” était utilisée sans son accord dans "The Interview". "Il y a eu des discussions autour de l’utilisation de cette œuvre dans le film, mais elles n’ont pas abouti", a déclaré Feel Ghood Music, l’agence qui représente la chanteuse. Après avoir été piraté et menacé, Sony est désormais visé par une procédure pour utilisation illégale d’une chanson dans son film.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.