ÉCOSSE

Un cas d’Ebola diagnostiqué en Écosse

Une infirmière revenue de Sierra Leone a été diagnostiquée postive au virus Ebola.
Une infirmière revenue de Sierra Leone a été diagnostiquée postive au virus Ebola. AFP

Un cas d'Ebola a été confirmé en Écosse le lundi 29 décembre. Il s'agit d'une infirmière qui revenait d'une mission en Sierra Leone.

Publicité

Le virus Ebola a fait son retour en Europe lundi, et plus précisément en Écosse où une infirmière, tout juste revenue de Sierra Leone, a été diagnostiquée positive et placée en isolement dans un hôpital de Glasgow.

Le gouvernement a indiqué que l'infirmière était rentrée en Écosse tard dimanche soir à bord d'un vol de la Bristish Airways. Elle rentrait de Sierra Leone après avoir transité par Casablanca (Maroc) et Londres. Elle a été immédiatement placée en isolement.

Risque de contagion très faible

Le fait que le virus ait été diagnostiqué "à un stade très précoce de la maladie" signifie que le risque qu'une autre personne ait été contaminée est "considéré comme extrêmement faible", a souligné le Premier ministre écossais Nicola Sturgeon au cours d'une conférence de presse, évoquant tout de même la convocation d’une "réunion de crise" avec les autorités britanniques.

La patiente n’a été en contact qu’avec une seule personne depuis son retour de Glasgow. Celle-ci a également été placée en observation.

L'infirmière sera transférée "dès que possible" à Londres dans une unité spécialisée du Royal Free Hospital, a ajouté le gouvernement écossais. Pour l’instant, elle ne montrerait "pas de signes cliniques inquiétants" selon les autorités sanitaires britanniques.

C'est dans cet hôpital qu'avait déjà été soigné cet automne l'infirmier bénévole britannique William Pooley qui avait également été contaminé par le virus Ebola en Sierra Leone.

>> A lire sur France 24 : Les "combattants d'Ebola", personnalités de l'année pour le "Time"

Plusieurs cas de malades ayant contracté le virus en Afrique ont été signalés en Europe et aux États-Unis.

Le premier, un missionnaire espagnol en provenance de Sierra Leone, est mort le 12 août à Madrid. Une aide soignante espagnole, qui avait traité deux missionnaires morts de la fièvre Ebola dans un hôpital madrilène, était ensuite devenue la première personne contaminée connue hors d'Afrique.

La barre des 20 000 cas dépassée

Dernièrement, un soldat nigérian de l'ONU a été transporté aux Pays-Bas pour y être soigné. Une fois guéri, il a pu rentrer dans son pays. Un médecin cubain contaminé en novembre en Sierra Leone a également connu un rapide rétablissement. Dans une interview publiée le 29 décembre par le quotidien cubain "Granma", Félix Báez Sarría assure se sentir "très bien d'un point de physique et émotionnel".

Il est rentré voilà trois semaines à Cuba, après avoir suivi un traitement en Suisse. Et il souhaite retourner en Sierra Leone au mois de janvier pour y poursuivre sa mission aux côtés du contingent médical cubain parti combattre l'épidémie Ebola en Afrique.

En France, une humanitaire de Médecins sans frontières avait été rapatriée pour être soignée en septembre. Un mois plus tard, un malade d’Ebola avait été accueilli pour être pris en charge dans un hôpital près de Paris. Ce sont, à ce jour, les deux seuls cas d'Ebola sur le territoire français.

Dans les trois pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés - Sierra Leone, Liberia et Guinée -, l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a fait 7 842 morts sur un total de 20 081 cas enregistrés, selon le bilan actualisé de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), publié le 29 décembre.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine