INDONÉSIE

AirAsia : les recherches interrompues par le mauvais temps

Des membres des forces aériennes indonésiennes lors des opérations de recherche, le 30 décembre 2014.
Des membres des forces aériennes indonésiennes lors des opérations de recherche, le 30 décembre 2014. Bay Ismoyo, AFP

Trois jours après la disparition en vol de l'Airbus A320-200 de la compagnie AirAsia, six corps ont pour l'instant été repêchés. Le mauvais temps empêche pour le moment de continuer les opérations de recherche des autres victimes.

Publicité

Les mauvaises conditions de mer, avec des vagues de deux à trois mètres, ont interrompu les opérations de recherche pour tenter de retrouver les passagers et les membres d'équipage du vol QZ8501 de la compagnie AirAsia qui s'est abîmé dimanche 28 décembre.

Six corps ont pour l'instant été repêchés dans les eaux du détroit de Karimata, au sud-ouest de l'île de Bornéo, selon le directeur des opérations de recherches et de secours, Bambang Soelistyo.

"Dès que le mauvais temps se lèvera, les corps seront transportés jusqu'à Pangkalan Bun", la localité disposant d'une piste d'atterrissage la plus proche du lieu du crash, a-t-il expliqué. Parmi ces corps figure celui d'une femme portant l'uniforme d'hôtesse de l'air de la compagnie.

>> À lire sur France 24 : "Vol AirAsia : qui est Tony Fernandes, leader de l'aviation low cost en Asie ?"

Découverte de l'avion

L'appareil a peut-être été localisé par des images sonar, d'après l'agence indonésienne de recherches et de secours. Confirmant une information communiquée par le Wall Street Journal, un responsable des secours a déclaré qu'un objet sombre de grande dimension avait été repéré par 30 à 50 mètres de fond. "Nous prions pour qu'il s'agisse de l'avion", a-t-il ajouté.

L'Airbus A320-200, qui effectuait la liaison entre Surabaya, en Indonésie, et Singapour avec 162 personnes à son bord, a disparu des écrans radar après une quarantaine de minutes de vol. Selon des experts, l'avion s'est probablement désintégré au contact avec la surface de l'eau. 

Dans sa dernière communication, le pilote a demandé au contrôle aérien de dévier de son plan de vol en raison du mauvais temps, et obtenu satisfaction. Mais lorsqu'il a rappelé quelques secondes plus tard pour prendre de l'altitude afin d'éviter une tempête, il n'a pas pu obtenir satisfaction immédiatement en raison d'un important trafic. Recontacté peu de temps après par le contrôle aérien qui s'apprêtait à lui donner le feu vert, il n'a plus répondu.

"Les conditions météorologiques étaient très particulières, attendons la fin de l'enquête", a déclaré mardi le patron d'AirAsia, Tony Fernandes. Il a également rencontré des proches de victimes à Surabaya, deuxième ville d'Indonésie, d'où avait décollé l'avion.
 

 

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine