INDONÉSIE

Crash du vol AirAsia : quatre parties de l’épave repérées en mer

Des secouristes indonésiens à la recherche de l'épave du vol AirAsia, le 1er janvier 2015.
Des secouristes indonésiens à la recherche de l'épave du vol AirAsia, le 1er janvier 2015. Bagus Indahono, POOL, AFP

Les autorités indonésiennes ont annoncé, samedi, avoir repéré quatre morceaux de l’épave du vol QZ8501 de la compagnie AirAsia, qui s'est abîmé le 28 décembre, au fond de la mer de Java. Les recherches des victimes se poursuivent.

Publicité

Six jours après le crash du vol QZ8501 de la compagnie AirAsia, les secours indonésiens ont localisé, samedi 3 janvier, quatre parties de l’épave gisant par 30 mètres de fond en mer de Java.

Il s'agit des découvertes les plus probantes depuis le début des opérations de grande ampleur entreprises par l'Indonésie avec l'aide d'autres pays parmi lesquels la France.

Deux de ces parties ont été découvertes samedi et les deux autres dans la nuit de vendredi à samedi, a précisé le directeur de l'Agence nationale de recherches et de secours, Bambang Soelistyo, tout en soulignant que de forts courants compliquaient les opérations. Il a refusé de dire de quels éléments de l'appareil il s'agissait, mais l'un de ceux-ci pourrait être un morceau de la queue de l'avion, d'après une infographie adressée à des journalistes.

Parmi les quatre objets découverts, l’un mesure une dizaine de mètres de long et près de cinq mètres de large ; un autre, sept mètres de long et 50 centimètres de large.
Des plongeurs ont été envoyés à l'endroit où ces parties de l'épave ont été découvertes, au large de l'île de Bornéo, pour tenter de retrouver davantage de victimes, dont 30 ont été repêchées à ce jour.

Couloir de vol "très fréquenté"

La nouvelle de ces découvertes est intervenue peu après l'annonce par le ministère indonésien des Transports qu'AirAsia n'avait pas l'autorisation d'emprunter le couloir de vol utilisé ce jour-là par le pilote, une route très fréquentée.

"La compagnie a enfreint le permis de vol donné, le créneau horaire donné, et c'est un problème", a expliqué le directeur général du transport aérien, Djoko Murjatmodjo, ajoutant qu'en conséquence, le permis d'AirAsia pour emprunter ce couloir serait gelé jusqu'à la fin de l'enquête sur la catastrophe aérienne.

Les recherches se poursuivaient samedi pour également retrouver les boîtes noires.

Avec AFP et Reuters
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine