INDONÉSIE

Crash du vol AirAsia : des experts envisagent un problème de givrage

Des militaires indonésiens à la recherche de l'épave du vol AirAsia.
Des militaires indonésiens à la recherche de l'épave du vol AirAsia. Stringer, AFP

Les moteurs de l’avion d’AirAsia, qui s’est abîmé en mer la semaine dernière, ont peut-être été endommagés par du givre, a indiqué l’Agence météorologique indonésienne. Selon ces experts, la météo a été le "facteur déclenchant" du crash.

Publicité

Les conditions météorologiques ont été le "facteur déclenchant" du crash du vol QZ8501 d'AirAsia. C’est la conclusion à laquelle sont parvenus les experts de l’Agence météorologique indonésienne, dimanche 4 janvier, après avoir recoupé les dernières données de localisation de l’appareil et les rapports faisant état de nuages menaçants au moment du crash.

"Le phénomène météo le plus probable était du givrage qui peut endommager les moteurs en raison d'un processus de refroidissement. Il s'agit simplement d'une des éventualités, basée sur l'analyse des données météorologiques existantes", a précisé l'agence sur son site internet.

Le pilote avait demandé à prendre de l'altitude pour éviter des nuages très menaçants, mais n'avait pas reçu le feu vert immédiat du contrôle aérien en raison d'un trafic trop important dans ce couloir aérien très fréquenté. Une source proche de l'enquête a confié à un journaliste de l’agence Reuters que les données radar montraient aussi que l'Airbus avait effectué une ascension "incroyablement" raide avant le crash.

Boîtes noires toujours introuvables

Les importantes recherches entreprises pour repêcher des corps et retrouver l'épave de l'Airbus A320-200, qui s'est abîmé en mer de Java le 28 décembre, avec 162 personnes à bord, sont entrées dans leur deuxième semaine et étaient à nouveau perturbées par des conditions météorologiques difficiles.

Des équipes de recherche, parmi lesquelles deux enquêteurs français utilisant des hydrophones en vue de localiser les balises acoustiques des deux enregistreurs de vol, s'efforcent de retrouver les boîtes noires. Celles-ci sont cruciales pour déterminer les causes de l'accident de l'avion, qui était confronté à des nuages très menaçants peu après son décollage de la ville indonésienne de Surabaya pour Singapour.

Cinq grandes parties de l'appareil ont été retrouvées au large de l'île de Bornéo, lors de recherches auxquelles participent également les États-Unis et la Russie.

Avec AFP et Reuters
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine