ÉTATS-UNIS

Attentats de Boston : 20 mois après, Djokhar Tsarnaev devant la justice

Djokhar Tsarnaev, 21 ans, risque la peine de mort.
Djokhar Tsarnaev, 21 ans, risque la peine de mort. FBI, AFP

Le procès du seul suspect des attentats de Boston doit s'ouvrir, lundi, par la sélection des jurés, 20 mois après le drame. Djokhar Tsarnaev, accusé d'avoir provoqué les explosions qui ont fait trois morts et 264 blessés, risque la peine de mort.

Publicité

Le procès des attentats du marathon de Boston, qui ont fait trois morts et plus de 260 blessés au printemps 2013, s'ouvrira lundi 5 janvier par la sélection des jurés. L'auteur présumé, Djokhar Tsarnaev, un Américain de 21 ans d'origine tchétchène, est passible de la peine de mort. Il a plaidé non coupable pour les trente chefs d'inculpation retenus contre lui.

Djokhar Tsarnaev, 21 ans, est accusé d'avoir actionné les deux engins explosifs artisanaux qui ont semé la terreur, le 15 avril 2013, à l'arrivée du marathon de Boston, dans le Massachusetts. Il avait été arrêté quatre jours plus tard. Ces attentats sont les plus graves depuis ceux du 11-Septembre aux États-Unis.

>> À lire sur France 24 : "Tsarnaev a plaidé non coupable pour éviter la peine de mort"

Selon l'accusation, il est également responsable avec son frère aîné Tamerlan Tsarnaev, 26 ans, tué dans une fusillade avec les forces de sécurité, de la mort d'un policier lors de la traque lancée pour les retrouver.

Les frères Tsarnaev, des musulmans qui avaient émigré aux États-Unis avec leur famille au début des années 2000, vivaient à Cambridge, près de Boston. Selon le parquet, Djokhar Tsarnaev a écrit avant son arrestation des messages qui ne laissent aucun doute sur le caractère politique de son acte. Un de ces messages disait "le gouvernement américain tue les nôtres, des civils innocents", un autre "je ne peux pas supporter de voir tout ce mal demeurer impuni".

Les avocats de Tsarnaev ont vainement demandé que le procès, qui devrait durer entre trois et cinq mois, soit organisé ailleurs qu'à Boston, afin de préserver l'impartialité des jurés. La défense devrait s'appliquer à présenter le frère aîné comme le cerveau de ces attentats.

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine