Accéder au contenu principal

"Soumission" : le sulfureux roman de Houellebecq arrive en librairie

Michel Houellebecq, l'écrivain français vivant le plus connu à l'étranger.
Michel Houellebecq, l'écrivain français vivant le plus connu à l'étranger. Capture d'écran France 2

Le nouveau roman de l'écrivain français Michel Houellebecq, qui sort mercredi en librairie, fait déjà polémique. L'auteur, qui raconte dans cette fiction l'arrivée au pouvoir en France d'un parti musulman, s'est défendu mardi soir sur France 2.

PUBLICITÉ

"Soumission" est en libraire. Les lecteurs vont pouvoir juger par eux-mêmes le sixième roman de Michel Houellebecq qui sort mercredi 7 janvier, après le buzz et la polémique suscités par cette fiction dont l'intrigue se déroule au cœur d'une France islamisée en 2022.

Publié par Flammarion à 150 000 exemplaires, ce roman de 300 pages, piraté avant même sa sortie, a suscité des commentaires très contradictoires et son sulfureux auteur a envahi cette semaine la scène médiatique.

Emmanuel Carrère défend "Soumission"

Accusé notamment par le directeur de "Libération", Laurent Joffrin, de jouer avec la peur de l'islam et d'adouber "les idées du Front national ou celles d'Eric Zemmour", Michel Houellebecq a trouvé en Emmanuel Carrère un défenseur enflammé. "Soumission" est "un livre sublime, d'une extraordinaire consistance romanesque", affirme dans une tribune à paraître dans "Le Monde des livres" l'auteur de l'ouvrage à succès "Le Royaume". Pour Carrère, "les anticipations de Michel Houellebecq appartiennent à la même famille" que les romans prophétiques du XXe siècle : "1984" de George Orwell et "Le Meilleur des mondes" d'Aldous Huxley. "La résistance n'intéresse pas Houellebecq. Il pense que l'Occident est foutu, tellement foutu qu'il n'y a plus rien à en regretter", explique l'auteur du "Royaume" qui traite des débuts de la chrétienté.

>> À lire sur France 24 : "Houellebecq nie toute provocation à l'égard des musulmans"

Le président François Hollande a assuré de son côté qu'il lirait ce roman "parce qu'il fait débat", appelant toutefois les Français à ne pas se laisser "dévorer par la peur". C'est justement à la fin d’un second mandat de l’actuel président français, en 2022, que débute l'histoire de "Soumission".

Houellebecq dit décrire un islam modéré

Habitué des polémiques qui ont accompagné la sortie de chacun de ses romans, Michel Houellebecq se défend de toute provocation. "Je procède à une accélération de l'Histoire mais je ne peux pas dire que c'est une provocation dans la mesure où je ne dis pas de choses que je pense foncièrement fausses, juste pour énerver." "Je condense une évolution à mon avis vraisemblable", assure l'écrivain tout en reconnaissant "utiliser le fait de faire peur".

"Ce n'est pas du tout un islam radical dans le livre", a-t-il expliqué mardi soir sur France 2, réfutant également que "Soumission" soit un cadeau à Marine Le Pen : "Ça marche assez bien pour elle, je ne crois pas que cela changera grand chose à son destin." "Je ne vois pas de roman qui ait changé le cours de l'Histoire, des essais oui", a-t-il ajouté.

Le romancier, qui avait lancé en 2001 "La religion la plus con, c'est quand même l'islam", a reconnu récemment que "le Coran était mieux" que ce qu'il croyait avant de le lire.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.