FRANCE

Attentat contre "Charlie Hebdo" : les deux suspects toujours recherchés

Un membre du FIFN participe à la traque dans le village de Fleury, dans l’Aisne, le 8 janvier 2015.
Un membre du FIFN participe à la traque dans le village de Fleury, dans l’Aisne, le 8 janvier 2015. Joel Saget, AFP

Les unités d'élite du Raid et du GIGN se sont déployées jeudi en Picardie pour retrouver les deux suspects de l’attentat contre "Charlie Hebdo", sans succès. Neuf personnes sont également en garde à vue. Revivez cette journée de traque.

Publicité

Le point après la journée du 8 janvier :

• Une journée de deuil national a eu lieu jeudi en France, au lendemain de l'attentat contre "Charlie Hebdo", qui a fait 12 morts et 11 blessés. À midi, une minute de silence a été observée dans tout le pays. Dans le métro parisien, notamment, les rames se sont arrêtées. Des dizaines de milliers de personnes se sont à nouveau réunies dans la soirée pour rendre hommage aux victimes dans plusieurs villes de France.

• La traque pour retrouver les suspects de l'attentat s’est poursuivie tout au long de la journée. Ils ont été repérés jeudi à la mi-journée près de Villers-Cotterêts (Aisne), et un déploiement du Raid et du GIGN a eu lieu dans les villages de Corcy et de Longpont. Une partie des forces de l'ordre a quitté ces villages, mais les opérations de recherche dans la zone vont se poursuivre toute la nuit "avec l'aide de cinq hélicoptères", a-t-on indiqué de sources policières. Le niveau d'alerte attentat du plan Vigipirate a été étendu à la Picardie.

• En fin d’après-midi, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a déclaré que "tous les moyens sont mis en oeuvre pour appréhender les suspects". Il s’agit de deux frères, Chérif et Saïd Kouachi. Ce dernier a été "formellement reconnu sur photo comme agresseur", a ajouté Bernard Cazeneuve. "Domicilié à Reims" et "sans emploi", il "n'a jamais été poursuivi ou condamné mais apparaissait en périphérie des affaires de son frère" cadet, un jihadiste connu des services antiterroristes, a précisé le ministre de l'Intérieur. "Plusieurs perquisitions" ont été menées et "neuf personnes ont été placées en garde à vue", a-t-il ajouté.

• Un troisième suspect de l’attentat a été placé en garde à vue jeudi après s'est présenté au commissariat de police de Charleville-Mézières (Ardennes), a-t-on appris auprès du Parquet de Paris

Une policière municipale d'une vingtaine d'années a également été tuée et un agent de voirie grièvement blessé au cours d’une fusillade qui a éclaté jeudi matin à Montrouge (Hauts-de-Seine), au lendemain de l'attentat. Il n'y a pas de lien établi pour le moment entre l'attaque contre Charlie Hebdo et cette fusillade, mais le parquet antiterroriste a été saisi de l'affaire. Deux personnes sont en garde à vue jeudi soir dans cette enquête, mais il n’est pas encore connu si l’auteur de la fusillade a été appréhendé.

Attentat à Charlie Hebdo : journée de deuil national

Live Blog Attentat à \u0022Charlie Hebdo\u0022 : journée de deuil

Cliquez ici pour consulter le liveblogging sur votre tablette ou mobile.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine