DRAME PORTE DE VINCENNES

Valls : "La France sans les juifs de France n'est plus la France"

Manuel Valls s'est rendu samedi 10 janvier devant la supérette casher, au lendemain de l'attaque d'Amedy Coulibaly qui a fait 4 morts.
Manuel Valls s'est rendu samedi 10 janvier devant la supérette casher, au lendemain de l'attaque d'Amedy Coulibaly qui a fait 4 morts. Kenzo Tribouillard, AFP

Le premier ministre français Manuel Valls, de nombreux représentants du gouvernement et des milliers de personnes se sont rassemblées, samedi, pour un moment de recueillement devant l’épicerie casher attaquée par Amedy Coulibaly.

Publicité

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées samedi soir à Paris, porte de Vincennes, devant la supérette casher où quatre personnes - Yohav Hattab, Philippe Braham, Yohan Cohen et Francois-Michel Saada - avaient été tuées la veille par Amedy Coulibaly. De nombreuses personnalités politiques, notamment le Premier ministre français, étaient également présentes.

Manuel Valls est arrivé en début de soirée, sous les applaudissements, pour participer à ce rassemblement lancé à l'initiative du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

"Aujourd’hui, nous sommes tous Charlie, tous policiers, tous des juifs de France" a-t-il déclaré, ajoutant que "la France, sans les juifs de France, n’est plus la France".

Cette déclaration fait écho à la déclaration du premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, qui avait appelé publiquement un peu plus tôt les juifs de France à rejoindre "Israël, votre foyer".

"Charlie, juif, flic, je suis la République"

De nombreuses personnalités politiques et notamment les ministres de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, de la Justice Christiane Taubira, de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem, le secrétaire d'État aux affaires européennes, Harlem Désir, les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, Claude Bartolone et Gérard Larcher ou encore la maire de Paris, Anne Hidalgo, étaient présentes. 

Elles étaient accompagnés de plsieurs représentants d’associations, dont le président du Crif, Roger Cukierman, le président du Consistoire central israélite, Joël Mergui, ou le président de SOS Racisme Dominique Sopo.

Les manifestants brandissaient de petites pancartes proclamant : "Charlie, juif, flic : je suis la République". Des affichettes étaient brandies avec le nom des victimes, et une Marseillaise a été entonnée.

François Hollande recevra dimanche à l'Élysée les représentants de la communauté juive. 

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine