FOOTBALL

Nicolas Anelka ne devrait finalement pas poursuivre sa carrière en Algérie

Anelka est actuellement sous contrat avec le Mumbai City FC, en Inde.
Anelka est actuellement sous contrat avec le Mumbai City FC, en Inde. Dibyangshu Sarkar, AFP

Alors que Nicolas Anelka, l’enfant terrible du football français, s’apprêtait à signer dans les tout prochains jours avec le NA Hussein Dey (NAHD), dans le championnat algérien, la Ligue nationale a fait blocage pour raisons administratives.

Publicité

Après l’Europe et l’Asie, l’attaquant international français Nicolas Anelka va-t-il découvrir l’Afrique ? Depuis quelques jours, le scénario était de plus en plus probable. Le buteur de 35 ans, actuellement sous contrat avec le Mumbai City FC, en Inde, avait même visité les installations du NA Hussein Dey (NAHD), club de première division algérienne. Mais le transfert, qui était attendu dans les tout prochains jours, pourrait finalement ne pas être conclu.

C'est en substance ce qu'a indiqué Mahfoud Kerbadj, le président de la Ligue de football professionnel algérienne, lundi 12 janvier. "Les lois relatives aux joueurs étrangers couvrant le droit d’évoluer dans le championnat algérien sont claires. Seuls ceux âgés de moins de 27 ans et internationaux au sein des sélections de leurs pays sont autorisés à signer dans nos clubs", a déclaré Kerbadj à l’agence algérienne APS. À voir désormais si le NADH dispose ou non de recours potentiels.

L’information, qui circulait sur le web depuis quelques jours, avait dans un premier temps été confirmée samedi par le président du club algérien, Mahfoud Ould Zmirli, à l’AFP. "Anelka attend une dérogation de la Fédération algérienne de football (FAF) pour signer son contrat avec notre club", avait-t-il expliqué.

Anelka tempère mais laisse la porte ouverte

Le président du club algérois avait alors précisé qu'il envisageait de négocier avec Anelka sur une base de 18 mois de contrat. "Anelka n'a pas évoqué l'argent. il veut juste jouer dans un club algérien", avait ajouté Ould Zmirli.

Dans la foulée de ces déclarations, le joueur, interrogé par Ennahar TV, avait quelque peu tempéré : "Pour l'instant, c'est une simple de visite de courtoisie. J'ai beaucoup d'amis algériens, c'est un pays que je voulais visiter", avait-il expliqué. "Il y a des chances, pourquoi pas, tout est possible. Le championnat indien s'est terminé il y a un mois, je suis donc libre...", avait-il conclu, laissant clairement une porte ouverte à la négociation.

Bien que le scénario ait pris du plomb dans l’aile, si Nicolas Anelka devait signer au NAHD dans les prochains jours, il connaîtrait alors son 13e club en 25 ans de carrière. Un parcours jalonné d’instants de gloire – un Euro avec les Bleus et une Ligue des champions avec le Real Madrid en 2000, notamment – mais aussi de périodes plus compliquées, à l’image de son éviction de West Bromwich Albion en 2013.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine