FRANCE

"Charlie Hebdo" : plus de 50 actes antimusulmans recensés en France

La mosquée en construction de Poitiers, le 12 janvier 2015, après un début d'incendie sur le site.
La mosquée en construction de Poitiers, le 12 janvier 2015, après un début d'incendie sur le site. Guillaume Souvant, AFP

Depuis l'attentat mené le 7 janvier par des jihadistes contre la rédaction de "Charlie Hebdo", le Conseil français du culte musulman a fait état de plus de 50 actes antimusulmans. Le ministère de l'Intérieur a annoncé des mesures de protection.

Publicité

Les actes antimusulmans se sont multipliés en France depuis la sanglante attaque menée contre "Charlie Hebdo", le 7 janvier 2015. Selon des chiffres émanant du ministère de l’Intérieur et rendus publics par l’Observatoire contre l’islamophobie du Conseil français du culte musulman (CFCM), plus d’une cinquantaine ont été recensés dans le pays. "Vingt-et-une actions (tirs, grenades lancées) et 33 menaces (lettres, insultes) ont été relevées depuis mercredi", a détaillé lundi 12 janvier son président Abdallah Zekri, tout en précisant que ces chiffres ne comprenaient ni Paris, ni Poiters, où un début d’incendie a été signalé dimanche soir sur le site de la mosquée en construction.

"Je suis scandalisé par cette montée de l’islamophobie alors que nous avons marché hier dans le calme et la sérénité, tous côte à côte, dans la diversité des manifestants", a-t-il ajouté.

Des actes un peu partout en France

Quelques heures après l’attaque contre la rédaction de "Charlie Hebdo", les premiers incidents ont eu lieu. Dans la nuit de jeudi à vendredi, quatre coups de feu ont été tirés sur la façade d’une mosquée tarnaise proche d’Albi, sans faire de blessés. La même nuit, un incendie a ravagé une mosquée d’Aix-les-Bains. La police privilégie la piste criminelle.

À Bayonne, ce sont des inscriptions "Assassins", "Sales Arabes" ou encore "Charliberté", qui ont été taggés sur la mosquée, tandis qu’en Corse c’est une carcasse de sanglier qui a été découverte devant une salle de prière musulmane du village de Ghisonaccia. Les mots "Arabi fora" (les arabes dehors) ont également été peints sur le conseil du culte musulman dans les faubourgs d’Ajaccio. Dans le nord de la France, le même genre d’inscription a été relevé sur le chantier de la future mosquée de Béthune, alors que sur celui de Liévin, la police a découvert des tags nazis et une tête de cochon.

Face à la multiplication de ces actes, le Premier ministre Manuel Valls a assuré lundi soir à ses "compatriotes musulmans de son soutien" dans un message sur son compte Twitter. Le ministère de l’Intérieur, qui avait annoncé des mesures de protection pour les écoles et les lieux de culte juifs, a aussi précisé que des renforts militaires seront déployés près des lieux de culte musulmans. Un préfet a également été nommé pour coordonner la sécurité de tous les lieux cultuels.

La réaction du Premier ministre Manuel Valls

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine