Accéder au contenu principal
ÉGYPTE

"Charlie Hebdo" : des dignitaires musulmans rejettent le dessin du Prophète

La mosquée Al-Azhar est la principale autorité de l'islam sunnite, basée en Égypte.
La mosquée Al-Azhar est la principale autorité de l'islam sunnite, basée en Égypte. Khaled Desouki, AFP
3 mn

La une de "Charlie Hebdo" à paraître mercredi a déclenché une mise en garde des autorités musulmanes en Égypte. Al-Azhar, principale autorité de l’islam sunnite, estime que la publication de nouveaux dessins du Prophète va "attiser la haine".

Publicité

La mosquée Al-Azhar, principale autorité de l'islam sunnite basée en Égypte, a estimé, mardi 13 janvier, que la publication de nouveaux dessins représentant le prophète Mahomet dans "Charlie Hebdo" allait "attiser la haine". Le choix de une du journal satirique français, publié mercredi 14 janvier, "ne sert pas la coexistence pacifique entre les peuples et entrave l'intégration des musulmans dans les sociétés européennes et occidentales", a indiqué Al-Azhar dans un communiqué, mardi soir.

Plus tôt dans la journée, Dar al-Ifta, l'instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, a également "mis en garde" contre la publication d'un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet dans "Charlie". "Cette action est une provocation injustifiée pour les sentiments d'1,5 milliard de musulmans à travers le monde", a indiqué Dar al-Ifta dans un communiqué.

Un "acte raciste", selon le grand mufti d'Égypte

Le grand mufti d'Égypte, Chaouki Allam, a lui aussi critiqué très durement la publication d’une nouvelle caricature montrant Mahomet. "Ce numéro va soulever une nouvelle vague de haine dans la société française et la société occidentale en général, et ce que fait le magazine ne milite pas pour la coexistence ou le dialogue entre civilisations", a estimé le grand mufti d'Égypte, l'un des dignitaires musulmans les plus influents au Proche-Orient.

"Il s'agit d'une provocation injustifiée à l'encontre des sentiments des musulmans du monde entier", a-t-il continué. Aussi appelle-t-il le gouvernement français à rejeter ce qu'il considère comme un "acte raciste" de la part de "Charlie Hebdo", accusant le journal satirique de chercher à attiser "les tensions religieuses et à accentuer la haine".

Le mufti Chaouki Allam avait qualifié l'attaque contre "Charlie Hebdo" de "terroriste" et la mosquée Al-Azhar avait parlé d'un "acte criminel".

Les responsables de l'islam de France appellent au calme

En France, anticipant des réactions hostiles à cette nouvelle caricature du prophète, les responsables de l'islam de France ont appelé mardi au calme une opinion musulmane sous tension. Il faut "garder son calme en évitant les réactions émotives ou incongrues incompatibles" avec la "dignité" et la "réserve", tout "en respectant la liberté d'opinion", ont souligné le Conseil français du culte musulman (CFCM) et l'Union des organisations islamiques de France (UOIF).

Interrogé sur les possibles réactions hostiles, le dessinateur Luz, qui signe le dessin en couverture du dernier "Charlie Hebdo", a dit mardi n'avoir "aucune inquiétude" "car je pense que les gens sont intelligents". "Ceux qui ont commis cet attentat manquent d'humour et de second degré", selon lui.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.