Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Entre désistements et critiques, le "Davos du désert" s'ouvre à Riyad

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Paul Biya réélu pour un 7e mandat présidentiel

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

SPORT

CAN-2015 : les clubs de Ligue 1 décimés par le départ des joueurs Africains

© Jean-Pierre Clatot, AFP | Le Ghanéen André Ayew, joueur clé de l'Olympique de Marseille

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 15/01/2015

La Ligue 1 est traditionnellement le championnat le plus impacté par les départs de joueurs à la Coupe d’Afrique. Cette édition 2015 ne déroge pas à la règle, puisque 52 joueurs ont déjà plié bagage pour la Guinée équatoriale.

Comme à chaque édition de la Coupe d’Afrique des nations, la Ligue 1 se retrouve amputée d’un grand nombre de joueurs. Cette année, le championnat français conserve son statut de principal pourvoyeur et verra partir 52 joueurs sur le continent africain. Un chiffre dépasse allègrement celui de 2013 (40) et même celui de 2012 (50).

En 2015, c’est le tout nouveau leader de la Ligue 1, l’Olympique lyonnais, qui aura le plus lourd tribut à payer. Le club rhodanien doit laisser filer cinq de ses joueurs, notamment Bakari Koné (Burkina Faso) et Henri Bedimo (Cameroun). Seul Bordeaux, avec cinq appelés, devra compenser une hémorragie similaire.

La note est de prime abord un peu moins salée pour les poursuivants de l’OL. En termes de chiffres, l'Olympique de Marseille peut s'estimer préservé avec le départ de deux joueurs. Mais à l'inverse de l'autre olympique, il s'agit de deux éléments essentiels de l'équipe, à savoir le Ghanéen André Ayew et le Camerounais Nicolas Nkoulou.

Paris et Monaco préservés

La CAN-2015 n’a pas non plus été clémente avec Saint-Étienne, qui complète le podium de Ligue 1. Les Stéphanois devront notamment compenser le départ de trois joueurs dont Max-Alain Gradel, sélectionné par la Côte d’Ivoire malgré une blessure à la cuisse.

Derrière, le PSG et Monaco semblent beaucoup plus épargnés. À Paris, seul Serge Aurier (Côte d'Ivoire), très peu utilisé par Laurent Blanc, va manquer à l'appel tandis que le club de la principauté n'aura qu'à piocher dans un effectif pléthorique pour trouver le remplaçant d'Aymen Abdennour (Tunisie) en défense centrale.

La zone rouge décimée

En revanche, en bas de tableau, la CAN-2015 va faire des ravages. Metz, qui vient d’enchaîner une terrible série en championnat (six défaites et un nul), pointe aux portes de la relégation et devra trouver les ressources pour rebondir malgré l’absence de quatre joueurs. Même constat pour Toulouse, 15e, et qui ne compte qu’un point d’avance sur la zone rouge.

Pour le SC Bastia, qui a connu un beau mois de décembre après un début de saison compliqué, la sanction est presque similaire. Les Corses devront se passer de trois joueurs, tout comme Évian Thonon-Gaillard et Lorient, deux autres clubs menacés en bas de tableau.

La CAN-2015, qui se déroule en Guinée équatoriale, débute le 17 janvier prochain et s’achève le 8 février.

 

Première publication : 15/01/2015

  • FOOTBALL

    CAN-2015 : la Guinée équatoriale refuse de financer le transport des sélections

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    CAN-2015 : la Guinée équatoriale a enfin choisi son sélectionneur

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    CAN-2015 : la Guinée équatoriale prête à tout pour remplir ses stades

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)