ESPAGNE

La justice espagnole enquête sur le séjour de Coulibaly à Madrid

Capture d'écran d'Amedy Coulibaly sur sa vidéo posthume
Capture d'écran d'Amedy Coulibaly sur sa vidéo posthume OFF TV / AFP

Un juge espagnol va enquêter sur la possible présence d’Amedy Coulibaly à Madrid du 30 décembre au 2 janvier. Le tueur de l’Hyper Kocher est soupçonné d'être entré en contact avec des réseaux terroristes dans la capitale espagnole.

Publicité

Qu’est-ce qu'Amedy Coulibaly est venu faire à Madrid du 30 décembre au 2 janvier dernier ? A-t-il été en contact avec des membres d’un réseau de soutien au jihadisme ? Ce sont les questions que se pose la justice espagnole après les révélations, jeudi 15 janvier, du journal "La Vanguardia" concernant le séjour du tueur de l’HyperCacher à Madrid.

Le juge Eloy Velasco de l'Audience nationale enquêtera sur l'éventuelle présence en Espagne d'Amedy Coulibaly, de sa compagne Hayat Boumeddiene et d'une "troisième personne, qui pourrait avoir aidé cette dernière à se rendre en Syrie", a expliqué une source judiciaire à l’AFP.

>> Notre infographie : la nébuleuse Coulibaly-Kouachy

L'Audience nationale à Madrid est spécialisée dans les affaires complexes, notamment de terrorisme. L'enquête, d'abord menée par la police antiterroriste, en lien avec la France, a été transmise à cette haute juridiction jeudi.

Soutien logistique ou risque d’attentats en Espagne

Le passage par Madrid d'Hayat Boumeddiene était connu. En revanche, son éventuel séjour de presque trois jours dans la capitale espagnole est une nouveauté. Selon les autorités turques, la jeune femme a rejoint Istanbul depuis Madrid et serait entrée en Syrie le 8 janvier.

Selon les autorités espagnoles, environ 70 combattants islamistes partis sur des zones de conflit à partir de l'Espagne sont rentrés en 2014. Le ministre de l'Intérieur Jorge Fernandez Diaz a déclaré récemment lors d'un entretien qu'une douzaine seraient encore revenus en Espagne depuis le début de l'année 2015.

>> À lire sur France 24 : "Les tueurs avaient 'sans doute' des complices"

Amedy Coulibaly, 32 ans, un délinquant multirécidiviste, a été tué le 9 janvier dans l'assaut des forces de l'ordre françaises contre le supermarché casher à l'est de Paris où il retenait des otages. Il agissait en coordination, a-t-il indiqué, avec Saïd et Chérif Kouachi, qui ont tué mercredi douze personnes lors de l'attaque contre l'hebdomadaire satirique "Charlie Hebdo" à Paris.

Au-delà de détails sur le séjour d'Amedy Coulibaly en Espagne, quelques jours à peine avant de passer à l'action en France, les enquêteurs espagnols chercheront à déterminer la nature de ses éventuels contacts en dans le pays. Étaient-ils censés lui fournir un soutien uniquement logistique en l'hébergeant et en facilitant le voyage de sa compagne ? Ou cette éventuelle cellule pouvait-elle avoir une vocation plus opérationnelle et chercher à passer à l'action par le biais d'attentats sur le sol espagnol ?

Le niveau d'alerte antiterroriste en Espagne - échelonné de 0 à 4 - a été porté à 3 après l'attaque contre "Charlie-Hebdo" le 7 janvier.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine