FOOTBALL

CAN-2015 : favoris, outsiders… qui peut aller au bout ?

Après les désillusions du passé, les Algériens croient plus que jamais en leurs chances.
Après les désillusions du passé, les Algériens croient plus que jamais en leurs chances. Fadel Senna, AFP

Alors que la CAN-2015 s’ouvre samedi en Guinée équatoriale, plusieurs sélections peuvent prétendre ouvertement à la victoire finale. L’Algérie, le Ghana ou encore la Côte d’Ivoire, notamment, peuvent croire en leurs chances.

Publicité

• L’Algérie, meilleure nation africaine et favori incontesté

Après les deux derniers échecs de l’Algérie en 2012 - aux éliminatoires - et en 2013 - lors du premier tour -, les supporters des Fennecs ont cette fois toutes les raisons de croire en leur équipe. L’Algérie, qui n’a pas atteint la finale d’une Coupe d’Afrique depuis 25 ans, rêve de renouer avec le succès en 2015.

Les hommes de Christian Gourcuff ont tous les éléments pour y parvenir. Brillants lors du Mondial-2014 au Brésil - qu'ils ont quitté avec les honneurs en huitièmes de finale face à l'Allemagne - les Algériens ont survolé leur groupe de qualification avec 15 points pris sur 18 possibles.

Dans le jeu également, les protégés de l’ancien entraîneur de Lorient impressionnent. L'éclosion de Yacine Brahimi, le milieu offensif du FC Porto, a permis à tout le front de l’attaque de gagner en efficacité, tout comme les confirmations de Sofiane Feghouli (FC Valence) et Islam Slimani (Sporting Lisbonne) au plus haut niveau.

• Le Ghana, une valeur sûre du continent qui veut franchir un palier

Toujours placé, rarement vainqueur. Depuis 1982, le Ghana rêve de retrouver les sommets du football continental, mais sans y parvenir. Sur les quatre dernières Coupes d’Afrique, les Black Stars ont atteint les demi-finales, mais jamais ils n’ont réussi à brandir le précieux trophée.

Sous les ordres du sélectionneur israélien Avraham Grand, les coéquipiers de l'emblématique Asamoah Gyan (Al Ain) veulent franchir un palier. Il faudra pour cela s’appuyer sur un effectif partiellement renouvelé après les exclusions de Michael Essien, Kevin-Prince Boateng et Sulley Muntari, sanctionnés pour des écarts comportementaux.

Mais le Ghana peut tout de même compter sur un effectif talentueux, avec notamment le retour en sélection d’André Ayew, le milieu de l’Olympique de Marseille, qui réalise un début de saison remarquable.

• La Côte d’Ivoire, outsider ou favori ?

À chaque CAN, les Éléphants sont systématiquement placés dans le clan des favoris pour la victoire finale. Un statut logique, au vu des nombreuses stars du football que compte la sélection. En 2015, les Ivoiriens doivent toutefois faire sans deux de leurs cadres, qui ont récemment annoncé leur retraite internationale : Didier Zokora et surtout la star de l’équipe Didier Drogba.

Deux absences qui font de la Côte d’ivoire davantage un outsider qu'un favori. Un rôle qui pourrait d’ailleurs parfaitement lui convenir. Menée par le sélectionneur français Hervé Renard, elle peut rêver à l’exploit en Guinée équatoriale, d’autant que l’ancien sélectionneur de la Zambie, vainqueur de la compétition en 2012, a prouvé qu’il savait galvaniser ses troupes.

Surtout, la Côte d’Ivoire compte dans ses rangs quelques pépites du football, comme le milieu de terrain de City Yaya Touré (Manchester City), Ballon d’Or africain de l’année, ou encore son tout nouveau coéquipier Wilfried Bony. Une fois de plus, sur le papier, la Côte d’Ivoire n’aura rien à envier à ses adversaires.

• Cameroun, Sénégal et Tunisie en outsiders…

Derrière ces trois têtes d’affiche, de nombreuses sélections peuvent, à l’image de la Zambie en 2012, rêver au titre. C’est le cas notamment du Cameroun, qui se présente en Guinée équatoriale avec une sélection particulièrement expérimentée.

Si les Lions indomptables n'ont toujours pas remplacé les Samuel Eto'o et Rigobert Song du début des années 2000, certains de ses cadres ont acquis l'expérience nécessaire dans ce type de compétition. C'est notamment le cas du Sévillan Stéphane Mbia ou du Lyonnais Hendi Bedimo.

Au Sénégal aussi les ambitions sont bien présentes. Au milieu des cadres, quelques jeunes pousses peuvent faire la différence, même si Alain Giresse, le sélectionneur des Lions, a décidé de se passer du fantasque et non moins talentueux Demba Ba. Il pourra toutefois compter sur d’autres valeurs sûres, comme le milieu de Southampton Sadio Mané ou encore l'attaquant de Fenerbahçe Moussa Sow.

Et la Tunisie, qui a terminé invaincue sa campagne d'éliminatoires, peut également se prendre à rêver. Mais les Aigles de Carthage, qui ont enregistré les forfaits de Ben Youssef et Saber Khlifa, devront toutefois évoluer à leur meilleur niveau pour prétendre à la victoire finale. Ils devront notamment compter sur leur milieu offensif Wahbi Kazri, l’un des rares joueurs de l’effectif disposant du talent nécessaire pour faire basculer le sort d’une rencontre à lui seul.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine