RD CONGO

Le gouvernement congolais n’exclut pas un report de la présidentielle

Le président congolais Joseph Kabila.
Le président congolais Joseph Kabila. Archives AFP

L’élection présidentielle en République démocratique du Congo, censée avoir lieu en 2016, pourrait être retardée à 2017, a affirmé sur RFI le porte-parole du gouvernement congolais. Les opposants au président Kabila appellent à la mobilisation.

Publicité

Le président congolais Joseph Kabila va-t-il se maintenir au pouvoir au-delà de la fin de son second – et ultime – mandat, en décembre 2016 ? Cela ne fait aucun doute pour ses opposants. Ces derniers estiment d'ailleurs que les propos du porte-parole du gouvernement de la République démocratique du Congo, vendredi 16 janvier sur RFI, vont dans ce sens.

Dans une interview accordée à RFI, Lambert Mendé a affirmé que l’élection présidentielle "peut se tenir en 2016 comme elle peut se tenir en 2017". "Il est possible qu'on tienne les élections avant la fin de 2016 et c'est ce à quoi nous nous attelons", a-t-il toutefois nuancé. Cependant, "nous avons aujourd'hui un sénat qui a dépassé de trois ans le mandat qui lui a été attribué, le ciel n'est pas tombé sur nos têtes", également déclaré le porte-parole.

>> À lire sur France 24 : "Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir"

Joseph Kabila dirige la RD Congo depuis 2001. La Constitution entrée en vigueur en 2006 à l'issue de la transition politique ayant suivi la deuxième guerre du Congo (1998-2003) lui interdit de briguer un troisième mandat. Si une révision constitutionnelle pour lever la limite du nombre de mandats a été abandonnée, un projet de loi contesté lie la tenue des prochaines présidentielle et législatives aux résultats d’un recensement général de la population prévu cette année.

Le défi logistique du recensement

Le gouvernement argue que ce nouveau décompte des habitants, dont le dernier remonte à 2004, assurera aux élections un caractère pleinement représentatif. Mais l'opposition s'inquiète du temps nécessaire pour accomplir cette tâche et craint un glissement du calendrier électoral. Certains analystes estiment qu'un recensement général de la population en RDC, pays grand comme près de cinq fois la France, largement dépourvu d'infrastructures, et où sévissent encore une cinquantaine de groupes armés dans la partie est, pourrait prendre au moins vingt mois.

Une coalition de partis d'opposition a appelé la population de Kinshasa à occuper le Parlement le 19 janvier, pour empêcher l'adoption de la loi électorale en cours d'examen, écrite selon eux pour permettre à Joseph Kabila de rester au pouvoir bien au-delà de la fin 2016. "Ils sont simplement en train de dramatiser les choses", a déclaré Lambert Mende à RFI.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine