FRANCE

Attentats à Paris : les gardes à vue de douze suspects prolongées

Le procureur de Paris François Molins, entouré de gendarmes et de pompiers, le 9 janvier 2015, à Dammartin-en-Goële.
Le procureur de Paris François Molins, entouré de gendarmes et de pompiers, le 9 janvier 2015, à Dammartin-en-Goële. Kenzo Tribouillard, AFP

Les huit hommes et quatre femmes interpellés vendredi dans le cadre de l'enquête sur les attentats parisiens passeront 24 heures supplémentaires en garde à vue. Elles sont suspectées d'avoir apporté un "possible soutien logistique" aux trois tueurs.

Publicité

Les gardes à vue des 12 personnes interpellées vendredi dans le cadre de l'enquête sur les attentats commis à Paris ont été prolongées de 24 heures, samedi 17 janvier, selon des sources judiciaires. Elles sont suspectées d'avoir apporté un "possible soutien logistique" - notamment des armes et des véhicules à Amédy Coulibaly, l'auteur de la prise d'otages sanglante du 9 janvier au supermarché casher de la Porte de Vincennes.

Les suspects sont huit hommes âgés de 22 à 46 ans et quatre femmes âgées de 19 à 47 ans. Il s'agit de personnes "connues des services de police pour des faits de droit commun", avait précisé vendredi le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

>> À voir sur France 24 : "Infographie : la nébuleuse Coulibaly-Kouachy"

Des empreintes papillaires retrouvées dans la voiture de Coulibaly

Les interpellations se sont déroulées dans les communes où vivent les différents suspects : Montrouge et Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), Grigny et Fleury-Mérogis (Essonne) ou encore Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), selon des sources concordantes.

Les enquêteurs ont effectué ces derniers jours de nombreuses filatures de personnes identifiées à partir d'éléments ADN et d'écoutes téléphoniques dans l'entourage des frères Kouachi - les auteurs de l'attentat à "Charlie Hebdo" - et surtout d'Amédy Coulibaly.

Des empreintes papillaires ont ainsi été retrouvées dans la Mégane Scenic qu'aurait utilisée Coulibaly pour se rendre au supermarché casher, selon une source proche du dossier. Les clés de ce véhicule avaient été retrouvées sur le corps du tueur, de même que celles d'une moto.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine