Dans la presse

"Le rire d'Assad"

France 24

Presse internationale, lundi 19 janvier 2015. Au menu de cette revue de presse, les manifestations anti-françaises dans le monde, après la publication du nouveau numéro de Charlie Hebdo. Et l’«hydre» islamiste.

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
A la Une de la presse internationale, ce matin, la ruée des Français pour se procurer le numéro 1178 de Charlie Hebdo.
 
A la Une de la presse internationale, ce matin, les manifestations anti-françaises, parfois violentes, provoquées par la publication de nouvelles caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo.
 
Quand les «anti-Charlie s’enflamment», c’est à la Une du China Daily, qui montre des manifestants devant l’ambassade de France au Yémen, brandissant ces pancartes: «On ne peut rien écrire d’autre que Mahomet est le messager d’Allah».
 
«Maudit soit Charlie Hebdo», dit une autre, à Lahore, au Pakistan, à la Une du journal The Times, le quotidien le plus lu d’Afrique du Sud. Un slogan affiché par le mouvement islamiste Tahreek Hurmat e Rasool, dont le chef, Hafiz Saeed, a saisi l’occasion pour demander la peine de mort pour tous les auteurs de blasphème. Car au Pakistan, les condamnations à mort pour ce qui est considéré comme un crime depuis 1986, ne sont pas exécutées depuis. Le mouvement pakistanais demande aussi aux Nations-Unies d’en faire un acte de «terrorisme».
 
Le terrorisme islamiste, auquel le Pakistan est particulièrement confronté, rappelle le journal pakistanais Dawn. Evoquant un phénomène qui s’est répandu dans le monde entier, le quotidien estime que les réponses qui y sont apportées ne s’adressent qu’à ses «symptômes visibles». Mais pour Dawn, qui estime que l’origine du fondamentalisme islamique trouve sa source dans l’échec des Etats musulmans, ou des Etats qui accueillent des populations musulmanes, de fournir «du travail, d’offrir la justice et la dignité à une armée grandissante de jeunes gens», ces réponses sont un peu courtes.
 
Ces jeunes ne trouveraient pas de place dans la société, et quand ils reviennent du djihad, ils n’en trouvent pas non plus, raconte Linda, une mère célibataire de 45 ans, convertie il y a deux ans à l’islam avec son fils, qui témoigne dans The Independent du parcours de celui-ci, parti en Syrie puis revenu, au terme d’un voyage qui l’a brisé.
 
Terrain de prédilection des djihadistes, la Syrie, où Bachar El Assad continue de tenir bon. Dans une tribune très virulente, L’Orient Le Jour évoque «le rire de Bachar», ce rire que doivent probablement déclencher les atermoiements et les divisions des Occidentaux, qui semblent tout aussi embarrassés face au terrorisme qu’ils ont été paralysés face à la répression en Syrie. Un embarras et une paralysie que le journal libanais attribue en grande partie à la «Realpolitik» américaine.
 
Au Nigeria, Boko Haram poursuit ses massacres et continue d’étendre son action au Cameroun, où au moins 60 personnes ont été enlevées ce week-end, dans le nord du pays. Le quotidien nigérian The Daily Trust revient sur la mobilisation hier à Paris, place du Trocadéro, de plusieurs centaines de personnes pour dire «stop» à la secte islamiste. Leur slogan: «je suis Nigérian».
 
Le problème avec les massacres commis par Boko Haram au Nigeria, explique The Daily Beast, c’est qu’il en a commis tant qu’ils presque devenus familiers, presque «normaux» - « une «normalité mortelle», comme si Boko Haram était parvenu à rendre l’idée de massacre au Nigeria acceptable…
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine