BANDE DESSINÉE

Le Festival d’Angoulême sera aussi Charlie

Le fauve d'Angoulême en deuil.
Le fauve d'Angoulême en deuil. Lewis Trondheim

La 42e édition du Festival international de bande dessinée débute le 29 janvier, trois semaines seulement après l’attentat perpétré contre "Charlie Hebdo". De nombreuses initiatives sont prévues pour rendre hommage aux dessinateurs tués.

Publicité

Le 11 janvier, c’est logiquement devant le Musée de la bande dessinée d'Angoulême que s’est terminée la marche républicaine angoumoisine. Environ 20 000 personnes s’étaient rassemblées en hommage aux douze victimes tuées dans l’attaque contre "Charlie Hebdo", dont cinq dessinateurs : Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski. Ce dernier avait d’ailleurs obtenu en 2005 le Grand prix du Festival d’Angoulême qui récompense chaque année un auteur de bande dessinée pour l’ensemble de sa carrière. Et il avait présidé ce festival en 2006.

Un livre pour les victimes des attentats

 

L’initiative est née très rapidement après l’attentat perpétré contre "Charlie Hebdo". Le monde du dessin et de la bande dessinée a voulu venir en aide aux familles des 12 victimes de cette attaque, ainsi qu'à celles des cinq autres personnes assassinées à Montrouge et à la Porte de Vincennes, les 8 et 9 janvier. Plus de 180 dessins ont été rassemblés dans un recueil intitulé "La BD est Charlie"qui sera mis en vente le 5 février.
 
De très nombreux dessinateurs se sont mobilisés pour ce projet lancé par le groupe Bande dessinée du Syndicat national de l’édition et toutes leurs créations n’ont pas pu être retenues pour cet ouvrage. Il est donc possible de toutes les retrouver sur différentes pages Facebook qui les proposent dans l’album 1 et l’album 2. Ce livre, vendu à 10 euros, sera disponible en avant-première au festival d’Angoulême. Un tirage de 100 000 exemplaires est prévu et l’intégralité des bénéfices sera versée aux proches des victimes.

 

Willem, membre historique de "Charlie Hebdo", avait été lauréat du même prix en 2013. C’est son absence de la conférence de rédaction le 7 janvier qui l’a sauvé. Il fait désormais partie de la poignée de survivants ayant la lourde charge de perpétuer la tradition de liberté totale de parole établie depuis 40 ans par l’hebdomadaire satirique. Une semaine après la tuerie, un "numéro des survivants" était dans les kiosques, comme chaque semaine, ou presque.

>> À voir sur France 24 : Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

Le Festival international de la bande dessinée (FIBD) s’est rapidement associé aux hommages en annonçant la création d’un "Prix de la liberté d’expression" qui sera décerné lors de l’édition 2015 qui débutera le 29 janvier. Dans un communiqué diffusé le 12 janvier, l’équipe du festival précise qu’il s’agira d’un "prix conçu comme une récompense pérenne au cours des années à venir et auquel nous espérons pouvoir associer le nom de Charlie. Mais cela, nous ne le ferons que si ceux qui seuls en détiennent la légitimité en sont d'accord." Et les organisateurs d’ajouter : "même si attribuer le Grand prix du Festival d'Angoulême à 'Charlie Hebdo' aurait pu être notre premier réflexe, il nous est apparu, à l'issue d'une réflexion en équipe, que cette idée n'était pas forcément la meilleure. Justement parce qu’un tel choix n'ouvrait pas vers le futur."

>> À lire : le Musée Hergé, à Louvain-la-Neuve (Belgique), annule l’expo Charlie Hebdo pour raisons de sécurité

Deux expositions

Pour justifier son choix de ne pas remettre le Grand prix à "Charlie Hebdo" cette année, le festival explique notamment qu’il ne voulait pas laisser "des assassins" priver les auteurs de cette récompense illustre, considérée comme la plus prestigieuse dans le monde de la bande dessinée française voire internationale. De plus, le vote pour désigner le (la) lauréat (e) 2015 étant déjà lancé, il semblait difficile ou délicat d’interrompre ce processus.

Ces arguments n’ont pas convaincu tous les auteurs, à l’instar de Gwen de Bonneval qui a lancé une pétition "Le Grand prix pour Charlie". En dix jours, plus de 4 000 personnes ont signé cet appel. Mais les responsables de cette initiative se sont finalement résolus à accepter le choix du FIBD qui n’a jamais récompensé, à ce jour, un journal ou une publication mais des auteurs.

Les membres de "Charlie Hebdo" ont, eux, donné leur accord à la création de ce nouveau prix "qui sera attribué, lors de chaque édition du Festival, à un dessinateur dont l’œuvre incarne une forme de résistance de pensée face aux idées reçues et/ou à la censure et/ou à l’oppression. Ce prix aura une portée internationale et concernera toute forme de dessin publié." Certains d’entre eux devraient être présents à Angoulême.

Les occasions de rendre hommage aux victimes du 7 janvier ne manqueront pas pendant les quatre journées du festival. Pour les participants comme pour les visiteurs, cette 42e édition aura une saveur très amère. Deux projets d’exposition ont été lancés en urgence. La première ressemblera à un parcours en centre-ville : des unes de Charlie Hebdo seront reproduites sur une quarantaine de panneaux électoraux accompagnées d’éléments informatifs décrivant le contexte politique ou économique dans lequel chacune a été publiée. Et le Musée de la bande dessinée accueillera également une exposition retraçant l’histoire de "Charlie Hebdo" depuis le début des années 1970.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine