Sur le net

Le web argentin réagit à la mort du procureur Alberto Nisman

Au sommaire de cette édition : la Toile argentine réagit à la mort du procureur Alberto Nisman; la vente d’éléphants par le Zimbabwe provoque la polémique; et une vidéo imagine un affrontement entre un dragon et un hélicoptère de combat.

Publicité

LE WEB ARGENTIN RÉAGIT À LA MORT DU PROCUREUR ALBERTO NISMAN

Quelques heures seulement avant d’être auditionné par le congrès argentin, le procureur Alberto Nisman a été retrouvé sans vie à son domicile de Buenos Aires dans la nuit de dimanche à lundi. Le magistrat, chargé de faire la lumière sur l’attentat meurtrier ayant visé la communauté juive du pays en 1994, accusait notamment la présidente Cristina Kirchner d’avoir entravé l’enquête, et cela au profit de l’Iran qui est suspecté d’avoir commandité l’attaque. Un décès qui n’a pas tardé à susciter de vives réactions sur la Toile locale.

Les citoyens argentins sont en effet des milliers à avoir fait usage du hashtag #MuerteDeNisman sur le web pour exprimer leur tristesse suite à la mort du procureur et saluer la mémoire d’un homme présenté comme particulièrement intègre. Des utilisateurs des réseaux sociaux qui sont également très nombreux à s’interroger sur les circonstances de son décès alors qu’un responsable du gouvernement a rapidement évoqué un suicide dans cette affaire. C’est par exemple le cas des auteurs de ces posts publiés sur Twitter qui n’hésitent pas à affirmer que le magistrat a probablement été assassiné pour qu’il ne dévoile pas de secrets d’Etat.

Et si beaucoup ont tenu à afficher leur émotion ou leur colère en ligne après la mort du procureur, d’autres ont préféré le faire dans les rues du pays. Comme on peut le voir sur ces documents amateurs qui circulent sur les réseaux sociaux, plusieurs milliers de manifestants se sont ainsi rassemblés, lundi soir, dans différentes villes d’Argentine pour rendre hommage au magistrat disparu mais aussi pour réclamer l’ouverture immédiate d’une enquête indépendante afin de déterminer les circonstances du décès d’Alberto Nisman.

ZIMBABWE : LA VENTE D’ÉLÉPHANTS FAIT POLÉMIQUE

Le Zimbabwe s’apprête à vendre 62 éléphants à la Chine, aux Emirats Arabes Unis et à la France, trois pays qui verseront plus de 30 000 euros par animal. Mais s’il s’agit d’une importante source de revenus pour le gouvernement zimbabwéen, cette transaction scandalise les défenseurs de l’environnement sur le web.

Ainsi, l’association « Zimbabwe Conservation Task Force » est la première à avoir tiré la sonnette d’alarme, fin novembre, en dénonçant dans un communiqué posté sur son site la multiplication du nombre de captures de jeunes pachydermes. Un texte accompagné de photos publiées sur la page Facebook de l’organisation qui mettent en lumière les conditions déplorables dans lesquelles sont retenus les animaux qui sont entassés dans de petits enclos inadaptés en attendant leur vente définitive.

Face à ces images, les internautes du monde entier n’ont pas tardé à exprimer leur indignation, certains n’hésitant pas à qualifier cette transaction de particulièrement monstrueuse. Des utilisateurs du web qui ont par ailleurs apporté leur soutien de manière massive à cette pétition qui circule en ligne... Un document signé par plus de 30 000 personnes qui dénonce le traumatisme vécu par les éléphanteaux, et réclame en conséquence l’annulation immédiate de la vente.

Une mobilisation qui a fini par faire réagir les autorités du Zimbabwe, comme le rapporte le quotidien britannique « The Daily Mail » sur son site. Rappelant que cet échange était conforme aux traités internationaux, le ministère du tourisme a notamment indiqué que le pays, qui abrite 80 000 pachydermes, souffrait de la surpopulation de ces mammifères. Une situation qui mettrait en danger l’ensemble de la faune et de la flore du Zimbabwe et rendrait donc indispensable ce type de vente avance les responsables de l’opération.

TENDANCE DU JOUR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

#OccupyPlayGround est le hashtag utilisé par une partie des internautes kényans pour dénoncer la descente musclée effectuée lundi par des policiers dans une école primaire de Nairobi. Une opération au cours de laquelle les membres des forces de l’ordre ont tiré des cartouches de gaz lacrymogène à proximité d’enfants qui protestaient contre un projet immobilier visant à annexer une partie de la cour de leur établissement. Une attitude qualifiée d’inadmissible par de nombreux adeptes des réseaux sociaux qui réclament désormais l’ouverture d’une enquête sur ces incidents.

INFOGRAPHIE DU JOUR

De la disparition des abeilles à l’implosion de l’univers, cette infographie dresse la liste de tous les événements qui pourraient potentiellement provoquer l’extinction de l’humanité. Des catastrophes à échéance plus ou moins lointaines et dont les risques de se produire sont très variables… En effet, si des attentats perpétrés à l’aide d’agents biologiques, un apocalypse nucléaire ou encore la surpopulation constituent des dangers bien réels, l’éventualité d’une invasion extraterrestre semble, elle, bien plus faible. Un travail à consulter sur le site Internet de la BBC.

QUE VOIENT LES ŒUVRES D’ART EXPOSÉES DANS LES MUSÉES ?

Que voient les différentes œuvres exposées au Metropolitan Museum of Art de New York ? Voici la drôle de question que s’est posé le réalisateur japonais Masashi Kawamura en exécutant cette série de clichés. Des photos qui capturent la réalité à travers les yeux de statues ou de portraits, en suivant strictement l’orientation de leur visage. Une initiative au résultat parfois étonnant, à découvrir sur le blog Tumblr intitulé « What they see ».

VIDÉO DU JOUR

Un hélicoptère de combat pourrait-il abattre un dragon si ces créatures existaient réellement ? C’est la question très sérieuse que s’est posée la « Smithsonian Institution », une organisation de recherche scientifique américaine qui tente d’y répondre à travers cette vidéo. Un clip spectaculaire que les internautes pourront visionner dans son intégralité sur la chaîne YouTube de l’organisme.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine