TUNISIE

Le Premier ministre tunisien propose un gouvernement sans Ennahda

Le Premier ministre Habib Essid (à gauche) présente son gouvernement au président Beji Caid Essebsi, le 23 janvier, à Tunis.
Le Premier ministre Habib Essid (à gauche) présente son gouvernement au président Beji Caid Essebsi, le 23 janvier, à Tunis. Fethi Belaïd, AFP

Le Premier ministre tunisien Habib Essid a présenté, vendredi, la composition de son gouvernement au président Béji Caïd Essebsi. Cette formation, dont le parti islamiste Ennahda est absent, doit encore obtenir la confiance du Parlement.

Publicité

Habib Essid, nommé Premier ministre de Tunisie, a présenté, vendredi 23 janvier, son gouvernement au terme de négociations avec l'alliance laïque Nidaa Tounès, première force politique du pays, et d'autres formations représentées au Parlement.

Il n'a en revanche confié aucun poste ministériel au parti islamiste Ennahda, arrivé en deuxième position aux élections législatives d'octobre.

Le gouvernement va se soumettre à un vote de confiance au Parlement, où Nidaa Tounès ne dispose pas de la majorité absolue.

Le ministère de la Défense a été confié à Farhat Hacheni et les Affaires étrangères à Taïeb Baccouche, un cadre dirigeant de Nidaa Tounès. Lassaad Zarouk, économiste indépendant et dirigeant d'une compagnie d'assurance, a été nommé au poste de ministre des Finances.

"Mettre en œuvre la démocratie"

"Ils appliqueront le programme de Nidaa Tounès avec l'aide d'autres partis. C'est un gouvernement pour tous les Tunisiens afin de mettre en œuvre la démocratie", a déclaré M. Essid, lors d'une conférence de presse.

Ennahda, qui a participé à la transition ouverte après la chute de Zine el-Abidine Ben Ali en janvier 2011, avait réclamé un gouvernement d'unité nationale pour stabiliser le pays. Ses dirigeants se sont réunis vendredi pour décider s'ils voteront ou non la confiance au gouvernement.

Ancien responsable gouvernemental sous Ben Ali mais aussi ministre de l'Intérieur après sa chute, Habib Essid a été désigné le 5 janvier pour constituer ce nouveau gouvernement à la suite d'un accord entre les différents partis politiques au parlement.

Avec Reuters et AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine