FOOTBALL

CAN-2015 : l'Algérie "monte en régime", prévient Sofiane Feghouli

Le joueur algérien Nabil Bentaleb (à droite) célèbre son but contre le Sénégal avec ses coéquipiers, le 27 janvier à Malabo.
Le joueur algérien Nabil Bentaleb (à droite) célèbre son but contre le Sénégal avec ses coéquipiers, le 27 janvier à Malabo. Issouf Sanogo, AFP

Envoyés spéciaux en Guinée équatoriale – Menacés d'une élimination précoce, les Algériens n'ont pas tremblé face au Sénégal pour décrocher leur qualification. Donnés comme favoris de la compétition avant le début de la CAN, ils ont montré un meilleur visage pour ce dernier match de poules.

Publicité

Décevants depuis le début de la CAN-2015, après une victoire peu convaincante contre l'Afrique du Sud (3-1) et une défaite face au Ghana (1-0) , les Algériens ont enfin rassuré leurs supporters. Dans le stade de Malabo, les Verts ont obtenu leur billet pour les quarts de finale en s'imposant avec solidité contre le Sénégal (2-0).

Sous le couperet d'un retour prématuré à la maison, les Fennecs ont d'emblée pris la main durant le match. L'Algérie a ouvert le score dès la 11e minute grâce à Riyad Mahrez sur un long coup franc de Madjid Bougherra. Au retour des vestiaires, alors que les Sénégalais ont tout fait pour revenir au score, les hommes de Christian Gourcuff ont réussi à tenir bon avant de doubler la mise en fin de match sur une frappe de Nabil Bentaleb (82e minute).

"Nous avons montré de la maturité"

Très satisfaits de la performance de son équipe, le sélectionneur français n'a pas manqué de les féliciter après cette qualification. "Nous avons eu un match excessivement difficile. Nous avons souffert parce que les Sénégalais nous ont opposé leur physique alors que nous avons fait parler notre technique", a expliqué Christian Gourcuff. "Nous sommes restés concentrés, disciplinés et généreux. La vitesse de notre jeu et l'intelligence dont nous avons fait preuve les ont terriblement gênés. Nous avons montré plus de choses aujourd'hui en raison de l'état du terrain, de loin meilleur à celui de Mongomo."

CAN-2015 - Algérie qualifiée en quarts : "On est soulagé, mais on n'est pas encore champion"

Du côté de ses joueurs, cette belle victoire permet aussi d'engranger de la confiance avant le match couperet des quarts de finale. "Nous avons montré de la maturité aujourd'hui. Nous avons causé beaucoup de soucis à notre adversaire par nos contre-attaques, et les remplaçants ont rempli leur rôle. Désormais, une nouvelle compétition commence. Nous continuons notre bonhomme de chemin, et nous montons en régime", a ainsi insisté le milieu de terrain des Fennecs, Sofiane Feghouli.

Toujours auréolés du statut de favori de la compétition, les Verts ne connaissent pas pour l'instant leurs futurs opposants. Tout se décidera mercredi à l'issue des derniers matchs du groupe D où toutes les équipes (Mali, Côte d'Ivoire, Cameroun et Guinée) sont à égalité. Interrogé à ce sujet, le coach des Verts a assuré ne pas avoir de préférence : "Nous allons tranquillement regarder les matches de mercredi et analyser ensuite selon notre adversaire".

"Nous n'avons pas été à la hauteur"

Alors que Christian Gourcuff a pu savourer le passage de cette première étape dans la compétition, son compatriote Alain Giresse a pour sa part passé un très mauvais moment en conférence de presse. Dans une ambiance particulièrement tendue, les journalistes sénégalais ont réclamé la démission de l'ancien entraîneur du PSG à la suite de l'élimination de la sélection nationale. "Je suis en fin de contrat. Notre match n'a pas été d'un grand niveau, je le concède. Nous avons réagi après-coup et nous l'avons payé. Nous n'avons pas été à la hauteur", a-t-il simplement répondu sans donner plus de détails sur son avenir.

Depuis 2002, les Lions de la Téranga n'ont pas réussi à atteindre les quarts de finale de la CAN. Un nouvel échec que le gardien Bouna Coundoul assume pleinement : "Il faut avoir de la fierté lorsque vous perdez. Cela ne sert à rien de chercher des excuses ou des raisons à notre élimination. Il était écrit que nous ne gagnerions pas ce match, même si nous avions joué 250 minutes. La vie continue."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine