FOOTBALL

CAN-2015 : le match Cameroun - Côte d'Ivoire est "une finale"

Le Camerounais Henri Bedimo et l'Ivoirien Serge Aurier lors des qualifications pour la CAN, le 19 novembre 2014 à Abidjan
Le Camerounais Henri Bedimo et l'Ivoirien Serge Aurier lors des qualifications pour la CAN, le 19 novembre 2014 à Abidjan Issouf Sanogo, AFP

Le groupe D de la CAN présente une configuration surprenante. Avant le dernier match, chaque équipe est à égalité. Alors que le Mali affronte la Guinée, le choc a lieu entre le Cameroun et la Côte d'Ivoire. Deux géants qui ont du mal à s'imposer.

Publicité

En cette dernière journée de phase de poules de la CAN-2015, le Cameroun et la Côte d'Ivoire sont au pied du mur. Dans leur groupe D, qui comptent également le Mali et la Guinée, toutes les équipes sont à égalité après que toutes les rencontres se sont soldées sur le même score 1-1.

Pour obtenir directement leur billet pour les quarts de finale, les Lions indomptables et les Éléphants vont donc devoir s'imposer mercredi soir dans le stade de Malabo. En cas de match nul, ils seront départagés par un tirage au sort. Une situation rocambolesque mais pas inédite. En 1988, la Confédération africaine avait ainsi permis aux Algériens de se qualifier aux dépens des Ivoiriens.

Malgré la pression, ces deux géants du continent africain abordent la rencontre avec sérénité. Du côté de la Côte d'Ivoire, le sélectionneur français Hervé Renard attend ce duel avec impatience: "C'est toujours plus facile de jouer un Côte d'Ivoire-Cameroun, que de jouer dans un pays de notoriété moindre, où vous êtes malmenés, sur des terrains pas toujours fantastiques. C'est le genre de matches dont on raffole tous", a-t-il ainsi expliqué en conférence de presse la veille de la rencontre.

Pour l'ancien entraîneur de la Zambie, vainqueur de la compétition en 2012, les quarts de finale sont vraiment à la portée de son équipe : “La sérénité des joueurs, leur implication dans le travail depuis le début de la compétition, la capacité de réaction à chaque fois m’inspirent de la confiance. On a pour habitude de dire que dans une compétition telle que la CAN, il faut savoir monter en puissance et pas le contraire. On finit très bien les matches et il n’y a pas de raison que ça se passe mal face au Cameroun “.

“Ils viendront prendre leur revanche”

Mais Hervé Renard a pourtant de quoi s'inquiéter. Ses hommes ne se sont pas montrés très brillants depuis le début de la compétition. Alors que le capitaine Yaya Touré peine à s'imposer en tant que leader, les Ivoiriens ne pourront toujours pas compter sur Gervinho, suspendu pour deux matches après son coup de sang contre la Guinée. Sur le papier, les dernières rencontres entre les deux équipes ont par ailleurs été plutôt favorables aux Camerounais. En 2000, ces derniers s'étaient imposés en match de poules sur le score de 3 à 0, tout comme deux ans plus tard avec une courte victoire 1-0. En qualifications pour la CAN-2015, les Lions avaient aussi pris l'ascendant sur leurs adversaires (4-1, 0-0).

Même s'ils partent légèrement favoris, les joueurs de Volker Finke préparent toutefois ce match avec beaucoup de concentration. “Contre la Côte d'ivoire, cela sera une finale, un autre match différent de ceux que nous avons déjà joué contre cette même équipe. Nous sommes conscients qu'ils viendront avec plus de détermination pour prendre leur revanche”, a ainsi souligné le capitaine Stéphane Mbia lors du point de presse.

“Je demande aux supporters de se calmer”

Un sérieux d'autant plus nécessaire que les Camerounais sont aussi sous le feu des critiques. Selon les médias du pays, le sélectionneur allemand va jouer sa place au cours de cette rencontre. Beaucoup lui reprochent ses choix tactiques, notamment de ne pas plus utiliser le Lyonnais Njié Clinton.

Interrogé à ce sujet, Volker Finke n'a pas caché son agacement: “Les supporters bavardent trop. Le foot n'est pas un vote ou c'est la majorité qui décide. Aucun sujet ne peut m'influencer. C'est l'entraîneur qui est responsable. C'est moi qui suis avec l'équipe. (...) J'ai décidé pour les deux premiers matches de commencer avec Salli et Moukandjo en laissant Clinton sur le banc. Demain, c'est un autre match, on verra. C'est à moi de décider. Je demande aux supporters de se calmer. Pour le moment, l'équipe a besoin de se concentrer. Voilà pourquoi je demande qu'on ne verse plus dans la polémique".

Le Mali aura également fort à faire face à la Guinée, la belle surprise de cette CAN. Le Syli National sera toutefois affaibli par le forfait de son défenseur, le Stéphanois Florentin Pogba, blessé à la cuisse.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine