Sur le net

La Toile japonaise réclame la libération de Kenji Goto

Au sommaire de cette édition : la Toile japonaise se mobilise pour la libération d’un otage détenu par Daech; en Australie, la fête nationale est au cœur d’un vif débat en ligne; et un boxeur propose de vivre un de ses entraînements vu de l’intérieur.

Publicité

LA TOILE JAPONAISE RÉCLAME LA LIBÉRATION DE KENJI GOTO

Obtenir le plus rapidement possible la libération de Kenji Goto, un journaliste japonais de 47 ans actuellement retenu en otage par l’organisation de l’Etat islamique. C’est l’objectif que s’est fixé Taku Nishimae en lançant sur Facebook la campagne « Je suis Kenji ». Une initiative à travers laquelle il invite les citoyens nippons à faire pression sur le groupe terroriste mais aussi sur le gouvernement japonais pour que le prisonnier recouvre sa liberté dans les plus brefs délais.

Un projet qui n’a pas tardé à trouver un important écho sur la Toile locale comme en attestent les centaines de clichés partagés par les adeptes des réseaux sociaux sur la page Facebook dédiée à l’otage japonais. Des photos qui montrent des hommes, des femmes et même des enfants brandir des pancartes sur lesquelles apparaît le message « Je suis Kenji » pour afficher leur solidarité avec leur compatriote. Une manière pour ces internautes de rappeler qu’ils ne baisseront pas les bras et qu’ils poursuivront leur mobilisation en ligne tant qu’ils n’auront pas obtenu la libération de Kenji Goto.

Et si beaucoup ont choisi de faire usage des mots-clés #JeSuisKenji pour exprimer leur soutien au journaliste détenu par Daech, certains citoyens japonais ont, eux, recours au hashtag #IAmNotAbe pour fustiger l’attitude du Premier ministre Shinzo Abe dans cette affaire. Des internautes qui appellent notamment le chef du gouvernement à redoubler d’efforts pour faire en sorte que Kenji Goto soit relâché au plus vite et ne connaisse pas le même sort que son compatriote Haruna Yukawa, exécuté le week-end dernier par l’organisation de l’Etat islamique.

AUSTRALIE : LA FÊTE NATIONALE EN DÉBAT

Les Australiens célébraient le 26 janvier leur fête nationale. Dénommée « Australia Day », cette date anniversaire commémore le débarquement, en 1788, des premiers colons sur ce territoire. Mais cet événement suscite une importante controverse depuis le début de la semaine sur la Toile locale où beaucoup critiquent des cérémonies qui passent sous silence les souffrances vécues à l’époque par les aborigènes.

Ainsi, les internautes ont multiplié les messages sur Twitter ces derniers jours pour appeler à ne pas oublier les massacres qui ont suivi l’arrivée des premiers Européens en Australie. Des utilisateurs du site de microblogging qui pour certains n’hésitent d’ailleurs pas à rebaptiser cette journée « Invasion Day », qui signifie « le jour de l’invasion » en français. Une manière de souligner que pour une partie des citoyens du pays, cette date n’est pas une fête mais un souvenir douloureux.

Un constat qui pousse bon nombre d’Australiens à réclamer via le hashtag #ChangeTheDate que la fête nationale soit désormais célébrée un autre jour. Objectif : faire en sorte que l’ensemble de la population se sente concerné par les commémorations organisées à cette occasion.

Un débat qui n’est pas sans rappeler celui qui agite régulièrement les Etats-Unis à l’approche du « Colombus Day ». Cette journée qui commémore chaque année, à la mi-octobre, l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique est en effet perçue par une partie de l’opinion locale comme une provocation au motif que la question du génocide des populations amérindiennes n’est jamais évoquée. Une fête que ses détracteurs proposent de renommer « le jour des peuples indigènes d’Amérique » (Indigenous People Day).

TENDANCE DU JOUR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

#SmashChairChallenge est le hashtag qu’utilisent depuis plusieurs jours de nombreux internautes népalais pour accompagner des clichés les mettant en scène en train de brandir une chaise au dessus de leur tête. Objectif de cette initiative : dénoncer l’attitude déplorable des membres de l’assemblée nationale locale qui ont participé la semaine dernière à une bagarre générale au sein de l’hémicycle. Des agissements vivement critiqués par les citoyens du pays qui espèrent que leur mobilisation poussera leurs représentants politiques à faire preuve d’un meilleur comportement à l’avenir.

INFOGRAPHIE DU JOUR

L’année 2014 a été marquée par de nombreuses catastrophes météorologiques dans le monde, occasionnant souvent des dégâts très importants comme le démontre cette infographie créée par la Bank of America. Un document qui permet d’apprendre que la sécheresse qui a touché la Californie l’an dernier a coûté 4 milliards de dollars aux Américains tandis qu’en Bosnie, au Brésil ou encore en Indonésie, ce sont des inondations causées par des pluies torrentielles qui ont engendré des centaines de millions de dollars de pertes pour les économies locales.

UN WIKIPÉDIA DU STREET ART

Découvrir le meilleur du « street art » via un site collaboratif… Voici ce que propose la plateforme Urbacolors.com. Ainsi, grâce à une carte interactive, il est possible d’apprécier des dessins ou des installations artistiques réalisés aux quatre coins de la planète sans avoir à sortir de chez soi. Une importante base de données que les internautes sont d’ailleurs invités à compléter en partageant en ligne leurs propres clichés. Une initiative qui permet d’offrir une seconde vie sur la Toile à des créations éphémères par essence.

VIDÉO DU JOUR

Assister de l’intérieur à l’entraînement du boxeur et adepte de combats libres Jory Wilson… c’est l’expérience particulièrement mouvementée que pourront vivre les internautes à travers cette vidéo récemment mise en ligne. Un clip qui propose aux utilisateurs du web d’enfiler les gants du sparring-partner de l’athlète américain et qu’il sera possible de visionner sur le compte YouTube de la marque Go Pro.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine