JORDANIE

Otages retenus par l'EI : un nouveau délai pour Amman

Le père du pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh, lors d'une manifestation à Amman le 28 janvier.
Le père du pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh, lors d'une manifestation à Amman le 28 janvier. Khalil Mazraawi, AFP

L'EI a prolongé l'ultimatum fixé à la Jordanie pour libérer la prisonnière irakienne. Dans un enregistrement audio, on entend ce qui semble être la voix de l'otage japonais Kenjo Goto, affirmer que le pilote jordanien serait tué jeudi soir.

Publicité

Le pilote jordanien détenu par les jihadistes bénéficie d’un nouveau délai. L’organisation de l’État islamique a annoncé, tôt jeudi 29 janvier, qu’il serait exécuté le soir même si Amman ne se pliait pas à ses exigences, notamment la libération d’une prisonnière irakienne.

L’annonce a été faite dans un message audio, dans lequel on peut entendre ce qui semble être la voix d’un autre otage de l’EI, le journaliste japonais Kenji Goto. "Si Sajida al-Rishawi n'est pas prête à être échangée contre ma vie à la frontière turque jeudi 29 janvier d'ici au coucher du soleil, heure de Mossoul, le pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh sera exécuté immédiatement", dit Kenji Goto dans un message qui reste à authentifier.

Le nouvel ultimatum expirerait entre 14 h 30 et 15 h GMT (15 h 30 et 16 h, heure de Paris).

"Nous avons appris l'existence de ce nouveau message. Nous sommes actuellement en train de le vérifier", a déclaré jeudi matin le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, qui avait qualifié mercredi de "tout à fait ignobles" les procédés de l'EI. "Il y a une très forte probabilité que la voix du message soit effectivement celle de M. Goto", a précisé plus tard le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga.

Kenji Goto sert de monnaie d’échange pour l’EI contre Sajida al-Richawi, emprisonnée en Jordanie et qui a été condamnée à mort pour avoir tenté de commettre un attentat-suicide en 2005 dans un hôtel d'Amman.

L'enregistrement a été publié quelques heures après l'expiration d'un premier ultimatum de l'EI diffusé mardi et exigeant la libération de Sajida al-Richawi. Sous cette condition, Kenji Goto ainsi que le pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh pourraient avoir la vie sauve.

La Jordanie inquiète du sort de son pilote

Si Tokyo se satisferait de récupérer le journaliste en échange de l'Irakienne, comme le propose l'EI, cette option est difficile à accepter pour le gouvernement et l'opinion publique de Jordanie. Amman s'est certes dit prêt à libérer al-Richawi, mais souhaite en échange avoir des assurances que son pilote reviendra sain et sauf.

La libération de Maaz al-Kassasbeh constitue en effet sa priorité. Ce dernier a été capturé le 24 décembre après le crash de son F-16 en Syrie, où il menait un raid sur des positions de l'EI dans le cadre de la coalition internationale antijihadiste.

Tokyo tente cependant de persuader le gouvernement jordanien de jouer sa meilleure carte pour sauver le journaliste Kenji Goto, les Japonais étant déjà choqués par l'exécution la semaine passée d'un autre otage de l'EI, Haruna Yukawa. Kenji Goto était d’ailleurs parti à sa recherche fin octobre.

Mardi soir, le père du pilote a exhorté les autorités à accéder aux demandes de l'EI, lors d'une manifestation à Amman de dizaines de membres des tribus de Karak, dans le sud du pays, dont il est originaire.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine