BANDE DESSINÉE

Katsuhiro Otomo, père d’"Akira", reçoit le Grand Prix du Festival d’Angoulême

Katsuhiro Otomo et plusieurs unes de "Charlie Hebdo" dessinées par Cabu.
Katsuhiro Otomo et plusieurs unes de "Charlie Hebdo" dessinées par Cabu. Yoshikozu Tsuno - Joel Saget, AFP

Le 42e Festival de la bande dessinée d'Angoulême a décerné son Grand Prix au dessinateur japonais Katsuhiro Otomo, l'auteur de la célèbre série de mangas "Akira". Un Grand Prix spécial a été décerné aux caricaturistes de "Charlie Hebdo".

Publicité

Le Festival international de bande dessinée d'Angoulême a pour la première fois attribué, jeudi 29 janvier, son Grand Prix à un dessinateur de mangas, Katsuhiro Otomo.

Le maître japonais est, à 60 ans, l'un des plus grands auteurs de mangas nippons. Le succès rencontré par sa série culte "Akira", également déclinée en dessin animé, a fait sa renommée mondiale. Son Grand Prix marque une reconnaissance de la place prise par les mangas dans le monde francophone. Ces petits fascicules en noir et blanc, qui se lisent de droite à gauche, constituent en effet un quart des albums de bandes dessinées vendus en France.

>> À voir sur France 24 : À l'affiche ! spéciale Festival d'Angoulême

La 42e édition du festival s'est ouverte jeudi pour quatre jours durant lesquels le petit monde de la BD entend rendre de nombreux hommages à "Charlie Hebdo". Premier d’entre eux : un Grand Prix spécial a été décerné à Cabu, Wolinski, Charb, Tignous et Honoré, les cinq dessinateurs tués dans l'attentat sanglant contre le journal satirique, le 7 janvier.

Sous haute surveillance

Trois semaines après l'attaque, les milliers de visiteurs qui se pressaient dès jeudi matin à l'entrée ont été confrontés à de longues files d'attente du fait des mesures de sécurité exceptionnelles. Notamment autour du chapiteau qui accueille la dessinatrice Catherine Meurisse, collaboratrice de "Charlie Hebdo" et rescapée de l'attentat.

>> À lire sur France 24 : "Le Festival d'Angoulême sera aussi Charlie"

Une grande exposition, montée dans l'urgence, retrace l'histoire du journal satirique, de sa genèse jusqu'au numéro "des survivants" du 14 janvier avec une caricature de Mahomet en une. L'Hôtel de Ville a été décoré d'une grande banderole en mémoire de Charlie et une quarantaine de ses unes, représentatives de la verdeur et de l'irrespect qui sont la marque de "l'esprit Charlie", sont placardées dans les rues. Une paire de fesses géantes signées Reiser côtoient ainsi des ex-présidents de la Républiques caricaturés en pénis sur des panneaux électoraux.

Un album virtuel "jesuischarlie@bdangouleme.com", avec plus de mille contributions de dessinateurs français et étrangers, a été réalisé à l'initiative du Festival. Un autre album multi-éditeurs, réalisé par 173 auteurs et intitulé "La BD est Charlie", paraîtra le 5 février.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine