FRANCE

Frédéric Chatillon, proche de Marine Le Pen, mis en examen pour escroquerie

L'enquête porte sur le financement de plusieurs campagnes électorales du Front national.
L'enquête porte sur le financement de plusieurs campagnes électorales du Front national. Sébastien Bozon, AFP

Au terme de 48 heures de garde à vue, Frédéric Chatillon, proche de Marine Le Pen et ex-responsable du GUD, a été mis en examen pour "escroquerie" dans le cadre de l'enquête portant sur le financement de campagnes électorales du Front national.

Publicité

Un proche de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon, a été mis en examen, notamment pour "escroquerie", dans l'enquête sur le financement de plusieurs campagnes du Front national (FN), a indiqué jeudi 29 janvier à l'AFP une source judiciaire.

Il s'agit de la première mise en examen prononcée dans cette information judiciaire ouverte en avril 2014, qui concernait initialement les cantonales de 2011 et les législatives de 2012, mais qui a été élargie en septembre à la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2012.

>> À voir dans L'Œil sur les médias : "Pas de crédit pour le FN"

C'est au terme de 48 heures de garde à vue que Frédéric Chatillon, un ancien responsable du syndicat étudiant d'extrême droite GUD, a été présenté le 23 janvier aux juges Renaud Van Ruymbeke et Aude Buresi, qui l'ont également mis en examen pour "faux et usage de faux", "abus de biens sociaux" et "blanchiment d'abus de biens sociaux", selon cette source, qui confirmait l’information du quotidien "Le Monde".

Double fonction

À l'origine, l'enquête portait sur le rôle joué auprès des candidats frontistes aux législatives par Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen, et la société Riwal, dirigée par Frédéric Chatillon. Or Riwal a également facturé ses services pour la présidentielle de la dirigeante du FN, ce qui a justifié l'extension du périmètre de l'enquête.

>> À lire sur France 24 : "Emprunt russe : le FN se tourne vers l'Est pour se financer"

Lors des législatives de 2012, c'est la double fonction de Jeanne qui a intéressé les enquêteurs : le micro-parti prêtait de l'argent aux candidats pour faire campagne et dans le même temps leur vendait des kits de campagne (photo, tracts, etc.). Selon des documents consultés par l'AFP, le taux d'intérêt du prêt pouvait se situer autour de 6/7 %, pour des kits coûtant environ 16 000 euros.

Le FN se défend de toute irrégularité

Le FN s'est toujours défendu de toute irrégularité, en faisant notamment valoir que "rien ne s'oppose" à ce que Jeanne "prête à des candidats aux élections" et que ses comptes sont régulièrement validés par la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP).

Les comptes de Jeanne pour l'année 2011 font apparaître quelque 1,7 million d'euros d'achats et 1,8 million d'euros de "services" facturés aux "candidats pour les campagnes électorales". Ces chiffres s'élèvent à près de 9 millions d'euros dans les comptes de 2012.

Peu après l'ouverture de l'information judiciaire, des perquisitions avaient visé les locaux de Jeanne et de Riwal.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine