Accéder au contenu principal
SYRIE

À la rencontre des "héros" kurdes qui ont libéré Kobané

À Kobané, "la liberté a été acquise à un prix très lourd".
À Kobané, "la liberté a été acquise à un prix très lourd". FRANCE 24
4 mn

Lundi dernier, les combattants kurdes de l'YPG ont réussi à reprendre Kobané des mains des jihadistes de l'organisation de l'État islamique. France 24 a pu pénétrer dans la ville syrienne réduite à un vaste champ de ruines.

Publicité

"Nous sommes aux abords de la Place de la Liberté, dans le centre-ville de Kobané, une liberté qui a été acquise à un prix très lourd", indique Fatma Kizilboga, envoyée spéciale de France 24 qui a pu rentrer dans la ville syrienne, fraîchement débarrassée des jihadistes de l'organisation de l'État islamique (EI).

it
Reportage Kobane Fatma

>> À voir sur France 24 : "Kobané, la reconquête"

Là-bas, après plus de quatre mois de combat, tout n'est que champ de ruines. La ville est desertée de ses habitants. "La plupart des habitations, pour ne pas dire toutes les habitations, ont été détruites aussi bien par les combats contre les jihadistes que par les frappes aériennes de la coalition internationale. Il faudra sans doute plusieurs années avant de reconstruire la ville", précise la journaliste de France 24.

>> À lire sur France 24 : "La guerre n’est pas finie, l’EI est loin d’être battu"

En images : Kobané en ruine après quatre mois de combats acharnés

Mais qu'importe les difficultés, l'échec des jihadistes est une joie et un succès hautement symbolique. "Beaucoup me disent que cette victoire, ce n’est pas seulement la victoire du peuple kurde contre les jihadistes, mais c’est la victoire de l’humanité entière". La ville reste cependant très fragile. Des snipers de l'EI s'y cacheraient toujours et plusieurs habitations auraient été piégées. Les combats se poursuivent également dans les villages voisins où les combattants de l'EI se sont repliés.

Selon les observateurs, au moins 1 800 personnes sont mortes dans la bataille de Kobané, dont près de 1 200 dans les seuls rangs jihadistes. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.