Accéder au contenu principal
TERRORISME

L'EI revendique la décapitation de l'otage japonais Kenji Goto

Kenji Goto avait été capturé en octobre dernier en Syrie.
Kenji Goto avait été capturé en octobre dernier en Syrie. AFP
3 mn

Dans une vidéo publiée samedi sur Internet, l'organisation de l'État islamique revendique l'assassinat de l'otage japonais Kenji Goto. Le Premier ministre Shinzo Abe a annoncé qu'il n'abdiquera pas face à un "terrorisme inadmissible".

Publicité

L'organisation de l'État islamique (EI) a affirmé avoir exécuté l'otage japonais Kenji Goto, selon une vidéo diffusée samedi 31 janvier sur Internet par l'organe médiatique du groupe jihadiste, Al-Furqan.

La vidéo montre l'otage à genoux vêtu d'une tenue orange. Debout à côté de lui, un homme cagoulé entièrement vêtu de noir, un couteau à la main. Le bourreau s'exprime avec le même accent britannique que celui apparu sur d'autres vidéos de décapitation d'otages de l'EI, en 2014.

S'adressant au Premier ministre japonais Shinzo Abe, l'homme cagoulé déclare en anglais : "En raison de votre décision imprudente de prendre part à une guerre impossible à gagner, ce couteau ne tuera pas seulement Kenji, mais il continuera et poursuivra son carnage où que soient vos ressortissants. Que le cauchemar du Japon commence." La vidéo se termine par une image d'un corps avec une tête posée sur le dos.

Shinzo Abe a réagi dimanche matin. Visiblement très ému, il a déclaré : "C'est un acte de terrorisme ignoble, horrible contre lequel je suis très en colère." Il a ajouté que le Japon ne renoncerait pas à combattre "un terrorisme inadmissible".

it
fr/ptw/2015/02/01/WB_FR_NW_GRAB_LINTON_04H_NW193575-A-01-20150201.mp4

Kenji Goto, un correspondant de guerre chevronné âgé de 47 ans, avait été capturé en octobre dernier en Syrie où il s'était rendu pour tenter d'obtenir la libération d'un autre captif japonais, Haruna Yukawa, dont l'EI a annoncé l'exécution dans un enregistrement diffusé le 24 janvier.

Aucune mention n'est faite du pilote jordanien détenu par l'EI, Maaz al-Kassasbeh, pourtant cité dans les précédents communiqués de l'organisation terroriste.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.