Accéder au contenu principal

L'une des principales figures d'Al-Qaïda au Yémen tué par un drone

Hareth al-Nadhari.
Hareth al-Nadhari. Al-Malahem, AFP

Hareth al-Nadhari, l'un des chefs d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), a été tué dans une attaque de drone américain, le 31 janvier, dans le sud du Yémen, a annoncé le groupe extrémiste dans un communiqué mis en ligne jeudi.

Publicité

Al-Qaïda au Yémen a annoncé la mort de l'un de ses chefs, Hareth al-Nadhari, et de trois autres membres du réseau extrémiste, dans une attaque de drone américain le 31 janvier dans le sud du Yémen, dans un communiqué mis en ligne jeudi 5 février.

"Le Yémen a fait le sacrifice d'un groupe de bons musulmans dans une attaque de drone américano-croisé contre leur voiture à As-Saïd dans la province de Chabwa", a écrit Al-Qaïda dans la péninsule arabique, en identifiant les quatre morts. Le drone a pris pour cible un véhicule à bord duquel circulaient les quatre membres d'Aqpa. Les corps des passagers ont été carbonisés.

Hareth al-Nadhari était une figure importante d’Aqpa et une cible privilégiée pour les Américains. "Pour la France, il représentait celui qui a fait l’éloge des frères Kouachi, sans les nommer [les auteurs de la tuerie de "Charlie Hebdo"], début janvier, alors qu’ils étaient toujours recherchés par la police. Selon Aqpa, il était un membre éminent de la Choura [conseil consultatif d’Aqpa], un grand théoricien et religieux. "Pour Al-Qaïda, il était celui qui remettait en cause la légitimité du califat instauré par l’organisation de l’État islamique", explique Wassim Nasr, spécialiste des mouvements jihadistes à France 24.

>> À lire sur France 24 : "Les frères Kouachi se disaient mandatés par Al-Qaïda au Yémen"

Le dignitaire n'avait toutefois pas revendiqué l'attaque contre "Charlie Hebdo", ce que fera quatre jours plus tard un autre chef d'Aqpa, Nasser Ben Ali al-Anassi.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.