Accéder au contenu principal
MOYEN-ORIENT

Le Liban reçoit du matériel américain, mais attend toujours les armes françaises

Déchargement d'une cargaison d'armes américaines dans le port de Beyrouth, le 8 février 2015.
Déchargement d'une cargaison d'armes américaines dans le port de Beyrouth, le 8 février 2015. Anwar Amro, AFP
4 mn

Confrontée à des jihadistes venant de Syrie, l'armée libanaise a reçu la semaine dernière une importante cargaison d'armes en provenance des États-Unis, tandis que le matériel français ne sera livré qu'à partir de début avril.

Publicité

Toujours en proie aux incursions de jihadistes venant de Syrie, le pays du Cèdre cherche à tout prix à renforcer son armée, fréquemment mise à contribution ces derniers mois par des combattants extrémistes qui représentent un risque sécuritaire majeur.

Interrogé par France 24, le Premier ministre libanais Tammam Salam a évoqué, à l'heure où l'organisation de l'État islamique (EI) ne cesse d'étendre son influence sur les territoires syrien et irakien, "l'urgence" de la situation dans son pays, en marge de la Conférence sur la sécurité de Munich.  "Il ne faut pas laisser ces sauvages [de l'EI] rentrer au Liban", a-t-il déclaré.

Les livraisons françaises commenceront en avril

Tammam Salam a affirmé qu'il attendait la livraison d'armes pour améliorer sa lutte contre les terroristes. "[La France] manifeste [son] intention de faire [son] possible pour que des armes nous parviennent [...] Nous espérons [que ces armes] arriveront le plus tôt possible [....] surtout des hélicoptères", précise-t-il.

De son côté, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a indiqué dimanche que les premières livraisons d'armes françaises au Liban, dans le cadre d'un don saoudien de trois milliards de dollars, interviendraient en avril, selon Romain Nadal, porte-parole du Quai d'Orsay.

Laurent Fabius a confirmé lors de sa rencontre avec le Premier ministre libanais Tammam Salam à Minich, que les "livraisons commenceraient en avril", a précisé Romain Nadal. Les premières livraisons devaient commencer en principe en février.

Ces livraisons d'armements, qui doivent s'étaler sur trois ans malgré l’urgence de la situation, comprendront des hélicoptères de combat et de transport, des VAB (véhicules de l'avant blindés), de l'artillerie lourde, des patrouilleurs armés et des moyens de communication et de surveillance, dont des drones de type SDTI.
 
Washington solidaire de l’armée libanaise
 
Par ailleurs, l'armée libanaise a reçu le 8 février une cargaison d'armes en provenance des États-Unis, a indiqué à l'AFP un diplomate de l'ambassade américaine à Beyrouth. "Les militaires libanais ont réceptionné 72 canons M198 Howitzer et plus de 25 millions d'obus, de mortiers et de munitions pour les armes automatiques", a précisé ce diplomate, qui a refusé d'être identifié.
 
Un photographe de l'AFP a également vu au port de Beyrouth des Humvees, des conteneurs de munitions et d'autres véhicules militaires. L'ambassade a indiqué dans un communiqué que la valeur de l'aide en matériel se montait à plus de 25 millions de dollars.
 
"Le soutien (à l'armée libanaise) reste une priorité absolue pour les États-Unis. Les attaques récentes contre l'armée libanaise n'ont fait que renforcer notre résolution d'afficher notre solidarité avec le peuple libanais face à ces menaces", a assuré l'ambassade.
 
"Les États-Unis fournissent les meilleures armes [à l'armée libanaise] pour permettre à ses courageux soldats de combattre les terroristes", a ajouté le communiqué.
En 2014, le Liban a été le cinquième plus grande récipiendaire de l'aide militaire américaine, selon l'ambassade des États-Unis à Beyrouth, "avec plus de 100 millions de dollars, qui s'ajoutent au milliard de dollars d'aide reçu depuis 2006", précise l'ambassade.
 
Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.