Accéder au contenu principal

Droits TV : un pactole de 6,9 milliards d’euros pour la Premier League

La Premier League a été achetée à hauteur de 6,9 milliards d'euros sur trois ans.
La Premier League a été achetée à hauteur de 6,9 milliards d'euros sur trois ans. AFP

La Premier League anglaise vient de renégocier à la hausse la cession de ses droits TV sur la période 2016-2019. Le célèbre championnat anglais s’est monnayé à près de 7 milliards d’euros sur trois ans. Une révolution ?

PUBLICITÉ

Si l'hégémonie du football anglais sur ses concurrents est loin d'être assurée, sa puissance financière fait en tout cas de plus en plus rêver. Mardi, les instances responsables de l'organisation du championnat anglais de football ont annoncé avoir conclu un accord sur les droits de retransmission TV de la compétition avec deux diffuseurs britanniques.

Le montant des contrats atteint sans surprise un nouveau record, tout proche des 7 milliards d’euros, soit près de 2,3 milliards d’euros par saison. Sans surprise, c’est le géant de la télévision Sky qui s’est arrogé la plus grande part du gâteau, avec l'obtention de 126 matches en direct par saison pour la période 2016-2019. BT Sports, son challenger, a confirmé son ambition en décrochant 42 matches par saison sur la même période.

Une augmentation exponentielle

Depuis une décennie, les sommes déboursées par les diffuseurs de la Premier League sont en augmentation exponentielle. Sur ces contrats, les montants négociés ont progressé de 70 % par rapport à ceux de l’accord précédent, portant sur 2013-2016. Une entente qui était elle-même particulièrement lucrative, puisque les tarifs de la ligue anglaise avaient été revus à la hausse de 50 % à l’époque.

En dix ans, la Premier League est plus que jamais devenue la première puissance mondiale économique en matière de football. Les nouveaux droits TV du championnat anglais sont trois fois plus élevés que ceux de la Ligue 1, par exemple, ou encore cinq fois plus que ceux de la Bundesliga. Et même l’Italie, avec des montants inférieurs au milliard d’euro, ne joue pas dans la même cour.

Une révolution continentale ?

À partir de 2016, chaque match de Premier League vaudra donc près de 14 millions d’euros. Une manne qui pourrait révolutionner le football européen : selon Sporting Intelligence, avec le système de répartition particulièrement équitable en vigueur outre-manche, les clubs de bas de tableau pourraient tout de même toucher jusqu'à 133 millions d'euros de droits par saison.

Ce "coup de pouce" devrait ainsi permettre à la quasi-intégralité des clubs anglais de première division de revendiquer une puissance financière comparable à celles des meilleurs clubs des autres championnats européens.

Un constat qui n’inclut cependant pas le Real Madrid et le FC Barcelone, qui bénéficient du système espagnol qui permet à chaque club de négocier ses propres droits avec les diffuseurs.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.